Par tous les seins de la Création !

Aujourd’hui, habitant du siècle numéro vingt et un, nous allons parler nichons, nénés, roberts, doudounes, lolos, nibards : nan mais t’as remarqué le nombre de mots qui existent pour causer seins ? Gougouttes, roploplos, giron, mamelles, poitrail, poitrine, buste, avantages, gorge, balcon, œufs au plat, pare-chocs : c’est simple, yen a presque autant que pour le pognon, l’artiche, l’oseille, bref l’argent.
C’est prodigieux ce qu’Homo sapiens se passionne pour la mamelle. Un vieux restant de cet instinct de survie qui le pousse, à peine sorti du ventre maternel, à ramper jusqu’au casse-croûte ?

[On peut écouter cette chronique au lieu de la lire, youpi, en cliquant sur le logo France Inter ci-dessous]

clique ici

Au premier abord, pourtant, il semble avant tout masculin, l’enthousiasme pour ce que Le Petit Larousse définit comme un « organe pair très développé situé à la partie antérieure du thorax chez la femme ».

Lance une tablée de gaillards sur la question, ils deviennent aussi intarissables qu’une nourrice d’antan : les ronds, les petits, les énormes, les pommes, les poires, les bananes, ils sont fans. Certains les aiment tous, d’autres ont des amours bien spécifiques, nul n’est indifférent.

Côté femmes, l’exaltation est moins vive, sans doute parce qu’elles en ont toujours une paire sur elles – on s’habitue. Néanmoins, et pour la même raison, ce sont elles qui s’en occupent le plus. Les roploplos, c’est comme les cheveux : tout le monde a un avis dessus, et on rêve de ceux qu’on n’a pas. On en a toujours trop, ou pas assez, ou pas de la bonne forme, ou pas à la bonne hauteur.

Topographie pectorale

Las, l’obsession humaine de la glande mammaire, associée à l’évolution de la chirurgie et à l’avidité de certains praticiens, présente quelques effets secondaires contrariants. Il arrive par exemple que, en dehors de tout souci de santé, on aille volontairement se faire anesthésier, charcuter, couper en tranches, juste pour modifier sa topographie pectorale –  ce qui comporte quelques risques, même quand les prothèses ne sont pas remplies à l’huile de vidange. Dans « chirurgie esthétique », il y a quand même « chirurgie » – « chirurgie » comme dans « bistouri », « bobo » et « erreur médicale ».

Mais rassure-toi, habitant du siècle numéro vingt et un, ta serviteuse matutinale du lundi, dans sa grande sagesse, sait bien qu’en la matière elle n’a que ce qu’elle mérite.

En effet, il était une fois, quand j’étais petite, j’avais grand-hâte d’être une grande personne. Pour cela, il me fallait une poitrine. Des chaussures à talons aussi, mais ça, on verrait plus tard.
Or, la susnommée tardait à prendre les proportions désirées. Chaque soir, je priais le dieu des nichons pour qu’il consente à faire pousser les miens au moins jusqu’à ce que mes T-shirts affichent, au lieu de deux pointes ridicules, un petit pont de tissu tendu entre deux éminences, afin qu’enfin je devinsse une femme en bonne(s) et due(s) forme(s).
Je ne vais pas faire durer le suspense plus longtemps : le dieu des nichons m’a entendue. Au-delà de mes espérances, songe-je parfois. Comme quoi, prier, quoi qu’on en dise… Enfin du coup, évidemment, on aurait mauvaise grâce à se plaindre.
En tout cas, habitante du siècle numéro vingt et un, si on s’en faisait pour chaque partie de notre corps comme on s’en fait pour nos seins – imagine qu’on s’en fasse autant pour nos genoux –, il nous resterait pas beaucoup de neurones pour penser à autre chose. Par tous les seins de la Création, lâchons donc un peu la mamelle !

Chronique T’as remarqué, en direct sur France Inter chaque lundi à 5 h 53, dans la joyeuse émission de Brigitte Patient, Un jour tout neuf.
Ou alors, en cliquant plus haut, sur le logo France Inter, on écoute en podcast quand on veut, youpi.

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • MamyS 6 février 2012 at 8 h 55 min

    J’adore! Tout! Le billet, mes seins… Oui! Le dieu des seins m’a entendue et je suis…. Disons « très maternelle »!

  • anacoluthe 6 février 2012 at 9 h 36 min

    J’ai ri en lisant la définition du Larousse, c’est normal, Docteur ? Ou alors c’est un effet secondaire de ta chronique, tout ce qui y est placé me semble automatiquement drôle…

  • Seb 6 février 2012 at 9 h 42 min

    Il fallait oser! Ça me rappelle en vrac quelques phrases :
    – “Quand la poitrine est plate, on est plus près du cœur ”(S. Guitry)
    – “Si un jour je me réincarne en femme, je crois que je passerai mon temps à me toucher les seins !” (P. Timsit)
    – “ Il eut été plus pratique que la poitrine soit placée dans le dos, quand on enlace une femme”
    Comme quoi, nous sommes vraiment intarissables sur le sujet!
    Perso, je vote pour le numéro 47 😉

  • Léonie Canot 6 février 2012 at 10 h 03 min

    Tu m’éclates !

  • Cathy 6 février 2012 at 10 h 39 min

    Ah Muriel, c’est tous les lundis un plaisir de t’écouter et ce matin tu m’a fait rire tout haut. Merci de m’avoir fait découvrir que je dois donc mon pare-choc au dieu des nichons dont j’ignorais l’existence ! Je m’en vais lui dresser un autel pour le vénérer et le prier pour que mes gougouttes ne finissent pas en gouttes d’huile !

  • Mlle Mimosa - Lydie 6 février 2012 at 10 h 54 min

    Oh mais si ! Je m’exalte devant les miens ! Il faut dire que j’ai exactement ce que je souhaitais et que c’est le seul détail anatomique que j’aime chez moi…

    Tous les jours, je vérifie que cette garce de gravité n’a pas trop d’influence sur eux…

  • nauche michele 6 février 2012 at 11 h 59 min

    je ne pensais pas qui il avait autant de noms pour parler des seins,!!!!!!
    un peu comme pour les camembrts!!!!!!
    bises
    ta tante

  • unehistoire 6 février 2012 at 12 h 06 min

    Pour les femmes le Dieu des Nichons. Mais pour les hommes ? Le Dieu des Corps-Nichons ?

  • Béatrice 6 février 2012 at 12 h 49 min

    Moi je m’intéresse beaucoup à ce que je leur mets dessus 😉
    Sinon, j’ai de quoi remplir la main d’un honnête homme (l’Homme a de grandes mains !!!)

  • Poulette Dodue 6 février 2012 at 13 h 35 min

    ha ha ha ! le débat sur les boobs c’est un éternel !!!

  • Bernardino 6 février 2012 at 14 h 53 min

    Bonjour
    Très tôt ce matin, j’ai découvert! Une blogueuse… et quel le blogueuse. Dotée d’un sens de l’humour associé à une auto-dérision décapante. Un vrai régal!
    Vivement la prochaine chronique!!!
    PS: pourquoi sur mon écran les signes particuliers que sont les lettres accentuées s’affichent de façon bizarre? Vient-ce de chez moi???

  • Muriel Gilbert 6 février 2012 at 15 h 38 min

    @ MamyS : Quel bon goût d’aimer ses propres avantages ! Bravo et youpi.
    @ Anacoluthe : Moi, ce qui m’a le plus enchantée dans cette définition, c’est l’adjectif « pair ».
    @ Seb : J’aime bien l’idée de les mettre dans le dos, plus pratique en cas d’enlacement ! Les 47 ? Quel classicisme.
    @ Léonie : Pas la prothèse, j’espère ?
    @ Cathy : Envoie-moi une photo de l’autel au dieu Nichon, je la poste ici !
    @ Mle Mimosa : Comme MamyS, tu as un goût excellent, bravo 🙂

  • Muriel Gilbert 6 février 2012 at 19 h 24 min

    @ NaucheMichèle : Camemberts, comme dans panards ou comme dans fromage ?
    @ unehistoire : Je crois qu’ils prient le même.
    @ Béatrice : Et d’un homme pas très honnête ? T’en fais quoi ?
    @ Poulette : Ca s’arrêtera quand les poules auront des boobs.
    @ Bernardino : Bienvenue ici et merci ! La prochaine chronique, c’est lundi prochain, mais toutes les anciennes sont à découvrir ici. Quant aux signes étranges, c’est expliqué là : http://www.murielgilbert.com/chroniques/blog-hacke-hackeur/

  • sabine 6 février 2012 at 21 h 20 min

    moi aussi je me suis marrée sur la définition du Larousse. C’est la vraie???

  • Muriel Gilbert 7 février 2012 at 10 h 17 min

    @ Sabine : Eh oui. Sont forts, chez Larousse !

  • unehistoire 7 février 2012 at 16 h 26 min

    Tiens ça me rappelle ça :

    Soutrain-gorge

    De face elle avait 2 seins mais
    de profil elle n’en offrait qu’un.
    Attention, un sein peut en cacher un autre.

    Hassan Scééf

  • Cambroussienne 8 février 2012 at 13 h 54 min

    Hélas, beaucoup s’adonne au dieu bistouris au lieu du dieu des nichons quand les roploplos sont raplaplas.

  • unehistoire 8 février 2012 at 19 h 17 min

    Et puis quand on dit que la taille ne compte pas … mo oeil. L’autre jour j’ai appelé une agence de mannequins et on m’ a répondu :
    – désolé il n’y a pas d’A-bonnets au numéro que vous avez demandé !

  • Muriel Gilbert 12 février 2012 at 12 h 32 min

    @ Unehistoire : « C’i possible ! » (c’était les Nuls ou les Inconnus, ça ?)
    @ Cambroussienne : Tu devrais te lancer dans la poésie !

  • unehistoire 21 février 2012 at 19 h 31 min

    Les nuls : http://www.youtube.com/watch?v=9En0JNrKYB0

  • unehistoire 21 février 2012 at 19 h 32 min

    Mais depuis il y a Ali et Gégé Dééf