Líintelligence farceuse des choses

Vingt et uniËme siËclienne ou ien, aujourdíhui, jíai fait tourner la machine ‡ laver. Yen a qui prÈtendront que je fanfaronne. Tant pis. Quíils doutent. Cíest la vÈritÈ.

Comme il faisait beau, figure-toi que jíai lavÈ la housse de couette ‡ rayures roses qui pourrissait paisiblement depuis la fin du mois de fÈvrier au fond du panier de linge sale. Parce que disons-le honnÍtement, autant cíest la plaie, de laver une housse de couette quand il fait moche ñ le problËme cíest líÈtendage†: en haut de la porte de la salle de bains, tu peux plus la fermer†; sur le tancarville, par-dessus le reste du linge, Áa met une ÈternitÈ ‡ sÈcher et Áa sent le champignon moisi ñ, autant cíest un bonheur qui confine au pÈchÈ que de faire sÈcher ces grosses dondons au glorieux soleil de líÈtÈ ñ ou du printemps quand il sort ses tongs díaoutien.

Tu pendouilles ta housse de couette humide sur la rambarde du balcon, tu convaincs la voisine du dessous que Áa va rafraÓchir son salon, un peu díombre ‡ rayures, et au bout de deux heures, Áa sent divin le linge propre et sec.

Paranormal activity dans le tambour

Aujourdíhui, nÈanmoins, tout ne síest pas dÈroulÈ comme sur les roulettes habituelles.

Tu sais ce truc que font les housses de couette, une fois sur deux†? As-tu remarquÈ quíil suffit que tu introduises une housse de couette dans le tambour de ta machine ‡ laver pour que, lorsque tu rouvres le hublot, la moitiÈ des autres bidules que tu y avais fourrÈs ressortent ‡ líintÈrieur de la housse de couette. Ce qui se passe l‡-dedans, quand Áa tourne, Áa relËve du paranormal.

Je me souviens que Marcel Gotlib, dans un de ses Dingodossiers, avait dessinÈ une planche intitulÈe ´†La mÈchancetÈ des choses†ª ñ la bille qui roule jusque sous le seul meuble de la piËce, la tartine qui tombe toujours du cÙtÈ du beurre, les agaceries classiques. Si par hasard Gotlib avait lavÈ des housses de couette, il aurait forcÈment ÈvoquÈ le mystËre contrariant de leur voracitÈ. A líÈvidence, Gotlib ne lavait pas les housses de couette. Il le fait peut-Ítre aujourdíhui, ne lui jetons pas h‚tivement la pierre, mais il ne dessine plus de Dingodossiers. Maintenant que jíy pense, la couette et sa housse níont probablement envahi líHexagone quíaprËs la fin des Dingodossiers.

Ma thÈorie, níen dÈplaise ‡ Marcel, cíest que les choses sont plus blagueuses que mÈchantes. Jamais les choses te font des blagues, ‡ toi†? Il est vrai que si tu níes pas rompu ‡ líhumour de housse de couette, par exemple, tíes un peu mal barrÈ(e) dans ta vie de mÈnagËre (ou ger) ñ cíest ce qui arrive quand tu dÈbutes en machine ‡ laver†: tu tíaperÁois au bout de trois jours que, si elle sËche pas, dans le coin en bas ‡ droite, ta housse, ben cíest parce quíelle a gobÈ une chaussette et deux culottes, qui moisissent discrËtement en boule en empestant la salle de bains. Ne le prends pas pour de la mÈchancetÈ, cíest juste une blagounette.

Dash, mon petit veau

Ma couette ‡ rayures, vu que je commence ‡ avoir une bonne pratique de ses clowneries, a d˚ estimer que jíÈtais prÍte ‡ passer au niveau supÈrieur. Quand, ouvrant le hublot, jíai voulu tirer sur le premier morceau de textile qui se prÈsentait, un Ènorme grumeau de linge bouchait líouverture. Je voyais que du tissu de couette. Par quel bout attraper le machin†? Jíai tirÈ, Áa a rÈsistÈ. Sous ma force herculÈenne, la machine tanguait, mais rien níen sortait. La housse avait gobÈ absolument tout le linge. Pas une socquette níavait ÈchappÈ ‡ sa morfalerie. Comment tu expliques Áa†? Cíest de la magie, obligÈ. Du paranormal. Ya une intelligence l‡-dedans. Une intelligence farceuse.

Finalement, jíai d˚ forcer, enfoncer les bras dedans, etÖ miracle, díun coup jíÈtais un vÈtÈrinaire de campagne. JíÈtais en train díaccoucher une vache. Un vÍlage, Áa síappelle. En plus propre.

La dÈlivrance nía pas tardÈ, je suis tombÈe sur mon gracieux sÈant et sur le tapis de bain, recueillant dans mes bras zÈmus un petit veau qui sentait bon le Dash fleurs des champs. Merci, ma couette. JíÈtais pas assez forte en maths, et il Ètait pas question que je dissËque une grenouille, mais enfant, je rÍvais de devenir un jour vÈtÈrinaire. Cíest fait.

Vingt et uniËme siËclienne ou ien, je te laisse, faut que jíaille Ètendre mon petit veau.

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • LÈonie Canot 26 avril 2011 at 8 h 01 min

    Moi aussi Áa m’Èpate complËtement d’avoir des housses de couette culottovores…

  • BÈatrice 26 avril 2011 at 8 h 08 min

    Moi je lave les housses de couettes entre elles …. Du coup, elles font beaucoup moins de blagues 😉

  • cathy 26 avril 2011 at 8 h 15 min

    te lire c`est garder ( ou retrouver ) la sante…et j`te jure c`est pas pour me vanter
    cathy

  • Lola 26 avril 2011 at 8 h 16 min

    Mes housses de couettes sont blagueuses comme les tiennes, alors je les lave sur l’envers et je les retourne pour les Ètendre (ou les plier si elles sont passÈes au sËche-linge), et hop, restitution immÈdiate de tout ce qu’elles ont gobÈ au passage. Na !

  • Poulette Dodue 26 avril 2011 at 8 h 27 min

    Tu dis un tancarville !!!! Ben Áa m’Èmeus cette touche dÈsuËte….
    La housse est joueuse c’est certain !

  • Mulautre 26 avril 2011 at 9 h 22 min

    Aaaah, toutes ces chaussettes orphelines ‡ cause de Madame la Housse 😉 Super petit billet qui me fait commencer la journÈe avec le sourire. Bizzz Mulune

  • thenewme 26 avril 2011 at 9 h 51 min

    Il est Èvident que Marcel G ne connaissait pas la housse de couette ‡ l’Èpoque des Dingodossiers (qui Ètaient quand mÍme co-Ècrits avec Goscinny, si je ne m’abuse). C’est dommage, il aurait pu mettre en image ton histoire !

  • Mentalo 26 avril 2011 at 10 h 57 min

    J’ai toujours voulu Èpouser Marcel. J’aurais d˚: on aurait pu lui poser la question qui nous taraude.
    (Est-ce que ta housse aurait par hasard vu ma petite culotte rose? Je la cherche partout.)

  • BÈatrice 26 avril 2011 at 11 h 22 min

    @Poulette : tu dis pas tancarville, toi ???? 😉

  • Angie91 26 avril 2011 at 11 h 43 min

    Mdr!!! Merci de ce moment de rire!! Les machines sont bien facÈcieuses!!! J’ai eu autrefois une machine qui avanÁait toute seule au sous-sol!!! Ben Áa fait peur quand mÍme!! Rire!!! gros bisous!

  • maman perdue 26 avril 2011 at 17 h 57 min

    Comme les tiennes, mes housses Ètaient farceuses, jusqu’‡ se que je me mette ‡ fermer les boutons avant de l’enfourner !

  • Begonia 26 avril 2011 at 18 h 53 min

    La couette est blagueuse ? Begonia aussi ! J’en ai achetÈ une avec zip… !!

  • coeurdemaman 26 avril 2011 at 19 h 50 min

    Ca nous est arrivÈ ‡ toutes… mais ta faÁon de le raconter est poilante !
    Bises,

  • Maman 3.0 27 avril 2011 at 2 h 24 min

    Moi aussi, j’ai une housse avec un zip!

  • pivoine 27 avril 2011 at 7 h 49 min

    mais moi je ne lave pas ma housse de couette avec des chaussettes!
    Par contre qu’on me dise immÈdiatement o˘ sont passÈes mes baleines de soutien gorge!

  • Camille 27 avril 2011 at 11 h 13 min

    « Il pue la poussiËre cet oreiller ma mie!! » –> Lavage en machine, sÈchage (avec le reste des vÍtements). Trois tours de tambours plus loin –> un mouton est nÈ (rÈpandant sa moumoute folle dans tous les vÍtements… ). Diantre.

  • sabine 27 avril 2011 at 13 h 06 min

    quelle mÈtaphore!!! j’y Ètais!! mon pËre est Èleveur de bovins… alors tu vois… 😉

  • Muriel Gilbert 27 avril 2011 at 18 h 49 min

    @ LÈonie : Ce qui m’Ètonne, moi, c’est qu’elles grossissent pas, avec tout ce qu’elles bouffent.
    @ BÈatrice : Aaah, mais la diffÈrence entre nous, c’est que toi, t’es organisÈe, genre tu changes tous les draps de la maison le mÍme jour.
    @ Cathy : Et des commentaires comme le tien, Áa donne envie de continuer. Merci.
    @ Lola : Toi, tu devrais te faire embaucher dans la police ! Quelles mÈthodes de Sioux !
    @ Poulette : Ben, normalement, je dis sËche-linge, mais l‡, ‡ l’Ècrit, j’avais peur que les gens comprennent le truc Èlectrique… Mais je suis contente de t’avoir Èmue.
    @ Mulautre : Souris ma belle, the pleasure is mine 🙂

  • Muriel Gilbert 27 avril 2011 at 18 h 55 min

    @ Thenewme : J’adore aussi Goscinny, mais, contrairement ‡ Uderzo, qui n’est plus rien sans ce scÈnariste de gÈnie, Gotlib a fait plein de trucs top top tout seul, comme les Rubrique ‡ brac…
    @ Mentalo : Áa alors ! Elle Ètait dans ma couette ! Je me demandais ‡ qui Ètait cette petite culotte rose, alors que je ne porte que des noires. Je te la chronoposte.
    @ BÈatrice : Elle ose pas avouer ce qu’elle dit, puisqu’elle dit pas tancarville, Poulette.
    @ Angie : J’espËre qu’elle t’a jamais chopÈe !

  • Muriel Gilbert 27 avril 2011 at 20 h 10 min

    @ Mamanperdue : En voil‡ une qui est plus finaude que moi… mais j’ai pas de boutons ‡ toutes mes couettes, moi !
    @ Begonia : Un zip ? Jamais vu une couette avec un zip ! Tu les achËtes sur quel catalogue de geek ?
    @ Coeurdemaman : Merci ! J’adore faire poiler les mamans. Et mÍme les autres.
    @ Maman 3.0 : Toi aussi, les zips ? Mince alors, comment Áa se fait que j’ai jamais vu Áa, moi ? C’est quÈbecois ou quoi ?
    @ Pivoine : Tes baleines sont dans ma couette ‡ rayures.
    @ Camille : Toi un mouton, moi un petit veau. On peut se monter un troupeau.
    @ Sabine : Yeah ! C’est quand que tu m’invites ‡ un vÍlage ?

  • thenewme 28 avril 2011 at 10 h 41 min

    Je suis d’accord, Gottlieb (contrairement ‡ Uderzo) se suffit ‡ lui-mÍme (je suis une grande fan des RAB) mais j’ai juste voulu sortir ma science 🙂

  • thenewme 28 avril 2011 at 10 h 41 min

    En plus, je ne sais mÍme pas l’Ècrire (Gotlib)

  • nauche michele 28 avril 2011 at 10 h 57 min

    Áa ma fait sourire,ton histoire de couette!!!
    il est vrai que cette histoire arrive ‡ toutes les laveuses de couettes!!!
    tu m’amuses ma mu.bises

  • Poulette Dodue 28 avril 2011 at 11 h 45 min

    Ben j’ai juste pas vu le com de B2a ! Moi je dis « Ètendage » !

  • Fleur 28 avril 2011 at 16 h 59 min

    vu la grandeur d’une housse de couette avec le drap housse et les taies pas moyen d’y ajouter autre chose (mÍme pas un string)
    on a vraiment toutes les mÍmes problËmes

  • the parisienne 29 avril 2011 at 5 h 43 min

    c’est trop dingue ! alors Áa n’arrive pas qu’ ‡ moi !!! Je m’Ètais toujours demandÈ pourquoi mes housses se comportaient de la sorte, persuadÈe d’Ítre frappÈe d’une malediction quelconque ! Ouf, je ferai mes prochaines machines plus sereine dÈsormais ! MErci !

  • Fabienne 1 mai 2011 at 18 h 09 min

    Mumu, c’est la Marcel Proust des petits riens du quotidien. Elle te parle de choses dont on n’imaginait mÍme pas qu’on pouvait en dire quoi que soit, tant elles sont modestes et quotidiennes. Et voici qu’elle nous les expose dans sa langue ‡ elle, fleurie ‡ souhait, et c’est juste, et c’est exactement ce qu’on vit, et on retrouve des mots pliÈs depuis si longtemps dans les placards de notre enfance, comme tancarville. Bravo, Mumu, vraiment, j’achËte toute ton oeuvre dans La PlÈiade.

  • Muriel Gilbert 2 mai 2011 at 22 h 00 min

    @ Thenewme : Tu sais, je me demande si le vrai nom de Gotlib n’Ètait pas comme tu l’as Ècrit, et soit c’est son pseudo, soit le nom a ÈtÈ modifiÈ quand son pËre est arrivÈ en France, un truc comme Áa. Il me semble que j’avais lu Áa dans sa bio, « J’existe, je me suis rencontrÈ ». Tu l’as lue ? (je sors ma science). C’est vachement bien, trËs rigolo et Èmouvant ‡ la fois.
    @ MichËle ma tata : J’aime bien t’amuser. Et puis, « tu m’amuses ma Mu », on dirait un poËme !
    @ Poulette : Tu mets le linge sur l’Ètendage, toi ? Tu m’Èpates, Poulette.
    @ Fleur : En mÍme temps, tant qu’on n’aura que des problËmes comme Áa, hein, ya pas mort de femme…
    @ The Parisienne : En fait, toutes nos housses sont ensorcelÈes.
    @ Fabienne : Et toi tu es la reine du commentaire. Je me souviens encore quand tu m’as traitÈe d’alacritÈ. J’avais jamais autant aimÈ la dÈfinition d’un mot que je connaissais pas dans le dictionnaire. SignÈ : Marcelle Prout (c’est plus moi quand mÍme, hein)

  • Une blonde dans la ville 3 mai 2011 at 12 h 50 min

    En fait, le secret, c’est d’arrÍter de laver ses housses de couettes, non ?
    Comment Áa c’est cradingue ?

  • anacoluthe 4 mai 2011 at 13 h 41 min

    Et avec un sËche linge, c’est double boulottage : la housse mange en sÈchant ce qu’on vient de lui enlever de la gueule en la sortant de la machine ! (les housses de couettes sont d’horribles carnivores, Áa fait froid dans le dos de penser qu’on dort avec elles…)

  • Muriel Gilbert 4 mai 2011 at 16 h 46 min

    @ Une blonde : Si on veut pas Ítre cradingue, on peut peut-Ítre les jeter ?
    @ Anacoluthe : Peut-Ítre finalement c’est parce qu’elles se sentent toutes vides, sans nous dedans, qu’elles bouffent les culottes…

  • Filo 5 mai 2011 at 9 h 40 min

    Merci de me faire hurler de rire de bon matin!
    moi je suis snob, ou arriËre garde, j’ai toujours des draps plats, beaucoup moins facÈtieux!

    • Muriel Gilbert 5 mai 2011 at 10 h 46 min

      @ Filo : Les draps plats, c’est moins facÈtieux au lavage, mais au faisage de lit, c’est plus dÈlicat, non ? Reviens hurler de rire quand tu veux. C’est toujours ma tournÈe !