Ados : halte aux termites !

Bande de parents díHomo sapiens en pleine croissance, unissons-nous. Combattons le flÈau. Halte aux termites.

Quand ton marmot est haut comme deux pommes, cíest facile de contrÙler ce quíil mange, ou en tout cas ce quíil ne mange pas†: il suffit de le mettre dans les placards du haut.
Moi, depuis que cíest un ado, que jíai ‡ domicile, je passe mon temps de loisirs au supermarchÈ. A peine ai-je vidÈ les sacs et tournÈ le dos, le termite engloutit tout ce quíil trouve ñ ‡ líexception notable des Èpinards, des haricots verts et du foie de veau. A vrai dire, jíhÈsite entre les images du termite, de Pacman ou de líaspirateur industriel.
Jusquí‡ prÈsent, jíavais gardÈ le silence†: me plaindre, tu me connais, cíest pas mon genre. Mais aujourdíhui, ´†il a dÈpassÈ les bornes des limites, Maurice†ª.

Voil‡. Ce matin, je suis partie de bonne heure, avec un tas de dÈmarches ‡ faire. MÍme pas le temps de míarrÍter dans un rade pour avaler un sandwich. Tout le chemin du retour, vers 16 heures, líestomac dans les talons et les talons colonisÈs díampoules gr‚ce aux chaussures neuves que jíavais eu la prÈsence díesprit díenfiler pour aller piÈtiner pendant des heures, jíanticipais avec ravissement líexquise pause thÈ ‡ la british que jíallais míoffrir une fois au bercail.

Díabord, retirer ces jezhfhqfghvbh de godasses. Mettre líeau ‡ chauffer. Ouvrir ce paquet achetÈ hier soir díexquis chics (et chers) sablÈs anglais ñ Áa síappelle des shortbreads. PrÈparer un joli plateau, la thÈiËre, les shortbreads sur une assiette en porcelaine de Chine (ouais, bon, l‡, je reconnais, je me laissais aller), et míinstaller sur la terrasse, au soleilÖ Bonheur, dÈtente, satisfaction des papilles, contentement de líestomacÖ

Affreux soupÁon

Accueillie ‡ domicile par une demi-douzaine de pots de yaourt vides artistement rÈpartis entre le salon et la cuisine, jíai commencÈ par requÈrir leur disparition auprËs de líhÈritier vautrÈ sur le canapÈ.

Puis, jíai ouvert le placard díen haut ‡ gauche, celui qui est dans le coin de la cuisine, l‡ o˘ je stocke le Sopalin, le papier díalu, tous les trucs qui níintÈressent pas Junior. Cíest l‡ que jíavais rangÈ (oui, bon, planquÈ) les shortbreads hier soir, tandis que jíavais installÈ ‡ leur place habituelle, en Èvidence, les deux paquets de biscuits au chocolat hebdomadaires qui constituent la ration syndicale de la gÈnÈration montante.

Tiens, je ne les trouvais pas, mes petits g‚teaux. IncrÈdule, jíai mis sens dessus dessous le placard.
Et finalement, líaffreux soupÁon síest fait jour.

-†††††††† Tíaurais pas vu mes petits shortbreads ?, ai-je susurrÈ ‡ líadresse de mon garÁon, qui se traÓnait en transfÈrant les dÈtritus des divers endroits o˘ il les avait laissÈs jusquí‡ la poubelle.

-†††††††† Les quoi†?

-†††††††† Les shortbreads, les petits biscuits anglais rectangulaires.

-†††††††† Ah, les g‚‚‚teauxÖ

-†††††††† Oui, les ´†g‚‚‚teaux†ª, grince-je, piÈtinant díagacement.

-†††††††† Ben, je les ai mangÈs.

-†††††††† MangÈs†? Tous†!?

JíÈtais au dÈsespoir. Au comble de la frustration. Rageuse, jíai hurlÈ ajoutȆ:

-†††††††† TU SAIS M ME PAS COMMENT «A SíAPPELLE, ET TU LES AS TOUS MANG…S† !?

Voil‡. Goinfre et analphabËte. Halte aux termites, je te dis. Bande de parents, verrouillons nos placards. RÈsistons†!

En attendant, jíai plus quí‡ me faire cuire des haricots verts. «a, il en reste toujours. Il faut dire que, moi non plus, jíaime pas tellement Áa.

Allez, salut, bande de parents†!

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • mamanbavarde 6 octobre 2011 at 9 h 28 min

    Arggghhhh, Áa fait flipper! Remarque, j’ai dÈj‡ le mÍme ‡ la maison…un ado? non non…l’amoureux, qui s’est enfilÈ le paquet familial de pÈpitos prÈvu pour moults go˚ters (familiaux, comme le nom du paquet l’indique)…en 2 jours. Il s’est pris pour une famille ‡ lui tout seul? T’as raison, la prochaine fois, je les planque dans le linge ‡ repasser. L‡, je suis s˚re qu’il ne les trouvera point.

  • maviedemere 6 octobre 2011 at 9 h 32 min

    Note ‡ moi mÍme : trouver de bonnes planques ‡ g‚teaux que mon fils ne trouvera jamais.
    Dans la machine ‡ laver, le bac de linge sale, en dessous l’aspirateur ?? aaah, je suis s˚re qu’il ne les trouvera point !

  • sylvie 6 octobre 2011 at 9 h 38 min

    Comment lutter contre ce flÈau ?? mettre des cadenas aux portes des placards : pas terrible ou transvaser les denrÈes dans des paquets de lessive vides : encore moins terrible!
    Soit on n’ achËte plus rien et on se prive ( Áa jamais de la vie, c’est si bon!) soit on attend que Áa passe mais parfois Áa dure longtemps , trËs longtemps…..la menace du risque d’obÈsitÈ ne tient pas la route, j’ai essayÈ!

  • laetibidule 6 octobre 2011 at 9 h 52 min

    J’imagine ta frustration !!!
    Pas encore ce genre de problËme ici, mais je pense que P’tit Lutin sera un gouffre ‡ l’adolescence car sa premiËre phrase du matin cest « On dÈjeune quoi ? » et il parle toujours de nourriture !!!
    Un bon cadenas pour le placard !!!
    Bonne journÈe !!!

  • Lafred 6 octobre 2011 at 9 h 58 min

    Il y a la mÈthode Post’it : « celui qui touche ‡ ce paquet de g‚‚‚teaux est un homme mort »
    ou « tssss, n’y pense mÍme pas ».

  • Zette 6 octobre 2011 at 10 h 03 min

    Le foie de veau trempÈ dans le thÈ, je pense que tu aurais pu faire un lÈger effort.

  • thenewme 6 octobre 2011 at 10 h 33 min

    L’obliger ‡ aller en racheter, je ne vois que Áa comme solution

  • Val1603 6 octobre 2011 at 11 h 07 min

    Ah, ah, ah, je me marre… parce qu’un j’ai le mÍme phÈnomËne ‡ la maison, en version fille ado… mais aussi en version mini-boy… Celui-l‡ il fait rien qu’‡ m’Ènerver en me bouffant tous mes desserts prÈfÈrÈs : tiramisu, profiteroles, liÈgeois chocolat, mousse chocolat blanc avec craquant ‡ l’intÈrieur… Enfin bref… tous les trucs que Mr ChÈri achËte pour moi finissent dans l’estomac de mes mÙmes : c’est pÙ juste !!!

  • BÈatrice 6 octobre 2011 at 12 h 46 min

    Les mÍmes ‡ la maison ….. x4 (le dernier, il maitrise trËs bien « je monte sur une chaise pour attraper les biscuits ») ….

  • La MËre Joie 6 octobre 2011 at 12 h 52 min

    Moi j’aime pas le scheurtbraid !

  • sandrine 6 octobre 2011 at 14 h 01 min

    Mais qu’Ètait-il allÈ faire dans ce placard pourtant si loin, en regard de tes derniers billets (je ne me suis toujours pas remise du chien qui mangera les biscuits appÈtitifs tombÈs parterre), de ses prÈoccupations habituelles ?

  • Marie-Do Ado Mode d'Emploi 6 octobre 2011 at 15 h 49 min

    Que c’est vrai tout Áa, j’avais fait un article la dessus aussi, avec tout ce qui disparaissait du frigo et des placards, mais chez moi c’Ètait des fantÙmes et des souris. Et je suppose que tes termites comme mes fantÙmes savent manger les g‚teaux mais laissent l’emballage, car elles ne connaissent pas la poubelle ?

  • Poulette Dodue 6 octobre 2011 at 17 h 12 min

    Mes loulous sont encore petiots (Áa bouffe quand mÍme au passage !) . Du coup j’anticipe en fabriquant un bunker dans les bois avoisinant pour planquer tout (bouffe et objets fragiles et dossiers secrets !) , avec moult protections (reconnaissance vocale, de la cornÈe …)

  • Begonia 6 octobre 2011 at 23 h 34 min

    Tu vas Ítre obligÈe de les cacher dÈsormais l‡ o˘ nul fils psychiatriquement normal n’irait mettre son nez (ou ses mains velues) : ton tiroir ‡ sous-vÍtements…

  • Muriel Gilbert 7 octobre 2011 at 16 h 26 min

    @ mamanbavarde : Oui, fais Áa, autrement, t’es mal barrÈe – avec les gosses qui vont grandir et tout, la cata.
    @ maviedemËre : trËs bonnes planques, je note.
    @ sylvie : dans le bac de linge sale, Áa me semble pas mal…
    @ laetibidule : Oui, ou le bac ‡ linge sale…
    @ Lafred : Ouais, la menace en Post-It, pas mal !
    @ Zette : DÈj‡ que j’ai bouffÈ les haricots verts… tu veux me faire vomir ?
    @ TheNewMe : Mais nan mais c’est trËs rare, yen a pas chez le reu-beu du coin, faut aller ‡ l’hyper, il pouvait pas y aller tout seul, fallait que je l’emmËne ! Tu vois le bÈnef ?

  • Muriel Gilbert 7 octobre 2011 at 16 h 41 min

    @ Val : Bon, au moins, c’est monsieur qui fait les courses !
    @ BÈatrice : X 4, ma pauvre, t’as plus aucune chance de pÈ-cho un shortbread…
    @ LMJ : Ah, super, bon ben tu peux venir habiter chez moi, alors.
    @ Sandrine : Tu vois, ils nous surprennent toujours. Moi aussi, je les croyais ‡ l’abri.
    @ Marie-Do : Eh oui, comme je le raconte au dÈbut du texte, avec les pots de yaourt. Mais l’emballage des shortbreads, Ètrangement, il avait disparu…
    @ Poulette : Ouais, ou dans le panier de linge sale.
    @ BÈgo : Ou dans le panier de linge sale – dÈcidÈment, je pense que c’est la meilleure planque.

  • ziska69 8 octobre 2011 at 12 h 10 min

    J’ai connu exactement le mÍme genre de frustration un tas de fois quand mon grand Ètait ado, mais lui n’aimait pas le sucrÈ, il engloutissait pour son 4 heures ce qui Ètait prÈvu pour composer une partie du dÓner (pas les lÈgumes Èvidemment) ! C’Ètait aussi trËs sympa, aprËs une journÈe de boulot bien remplie, de dÈcouvrir en ouvrant le frigo que le dÓner qu’on croyait prpet ‡ l’avance n’existait plus ! Mais il avait aussi une prÈdilection pour les plaquettes de chocolat que je dissimulais dans la cuisine et qu’il savait trouver avec je ne sais quel radar d’ado glouton !

    • Muriel Gilbert 8 octobre 2011 at 15 h 02 min

      @ ziska : Je compatis, en effet, c’est encore pire de voir tout le dÓner englouti (et tu dois avoir raison : les ados gloutons ont sans doute un radar).

  • LMO 8 octobre 2011 at 20 h 46 min

    A-t’il au moins eu la dÈcence de laisser ses trucs au chocolat?
    Nan parce que trempÈs dans le thÈ, Áa peut le faire… 😉

  • Muriel Gilbert 9 octobre 2011 at 10 h 29 min

    @ LMO : Oui, mais bon, ch’te jure, c’est pas la mÍme classe : PÈpito contre Shortbread, ya pas photo.