« Mère calme à peu agitée » aujourd’hui en librairie

J’ai toujours eu hâte d’être mère. Je veux dire, bien avant que ce ne soit possible. Plus d’une fois, petite fille, j’ai chouiné : « Je veux avoir un bébéééé. » Quand on m’a offert un singe en peluche, j’ai compris que j’allais devoir prendre mon mal en patience.
Téléportation. Nous sommes vingt ans plus tard. J’ai 27 ans et je suis la mère d’un lardon de 5 ans presque et demi. J’avais raison : je ne vois toujours pas ce que j’aurais pu faire de mieux. C’est la plus belle et la plus grande aventure de ma vie, la plus compliquée aussi, la plus pleine, la plus triste, la plus drôle, la plus intense, la plus angoissante, la plus riche, la plus bouleversante, la plus épuisante. La plus surprenante, surtout. Je ne m’attendais pas du tout à ça.
Cette épopée, je l’ai partagée chaque mois jusqu’au baccalauréat dudit lardon, dans une chronique intitulée « Au secours, mon fils m’apprend la vie ! » publiée dans le magazine disparu Top Famille.
En feuilletant ces souvenirs, je me suis rendu compte que, à la différence de leurs protagonistes, ils n’avaient pas pris une ride. Les histoires de parents et d’enfants sont toujours les mêmes : l’amour, les chaussures neuves, les terreurs de la cour de récré, les yaourts aux fraises, le brossage des dents, la mort, les pâtes au ketchup…
Vous connaissez deux de ces histoires, « Mon fils, il veut pas mourir » et « Je Tem Plu », si vous avez lu Au bonheur des fautes, où elles sont reproduites. Un autre extrait est disponible ici : Cliquez pour lire les premières pages de Mère calme à peu agitée !

« Mère calme à peu agitée – Mon fils, l’amour, les baskets et les yaourts aux fraises » (La Librairie Vuibert, 19,90 euros)

Premières rencontres-signatures dans le Gard et dans l’Hérault, librairies Sauramps d’Alès (mercredi 10 avril de 14 heures à 18 heures) et de Montpellier, place de la Comédie (15 h 30-17 h 30), suivie (17 h 30-18 h 30), d’une conférence sur le thème : En matière de langue, nul n’est infaillible.

A bientôt ?

Muriel

Lire aussi...

  • Béatrice 9 avril 2019 at 17 h 08 min

    Bravo Muriel !!