Une nouille et des lentilles

Lentilles qui se mangent, lentilles qui se portent...Vingt et uniËme siËclienne ou ien, tu me reconnais pas†? Cíest normal†! Díhabitude, quand je tíÈcris des ‚neries sur la vie et son mode díemploi persistamment ÈgarÈ, je suis un chouille diffÈrente. Gadí bien. Indice†: le tas de manuels, DVD díinstructions, miroir, essuie-tout chiffonnÈ, flacons qui míentourent, tías jamais vu Áa autour de mon clavierÖ

Bravo, tías trouvȆ: jíai pas de lunettes. Jíai des LENTILLES†! Victoire,†Marseillaise et†Internationale, sonnez hautbois rÈsonnez musettes.

´†Mais quíest-ce quíelle a, celle-l‡, ‡ me bassiner avec ses lentilles†? «a fait quarante ans que tout le monde en porte.†ª

Ben pas moi, l‡.

´†Trop chic†ª, je me suis dit en me sortant (plop !) líindex de la narine

Les lunettes et moi, Áa a commencÈ de bonne heure. A la maternelle, un jour, une potesse síest pointÈe avec des lunettes. Trop chic, je me suis dit en me sortant (plop !) líindex de la narine. ´†Je vois tout flou†ª, jíai annoncÈ ‡ ma mËre ‡ la sortie de líÈcole. Mais lorsque líophtalmo síest mise ‡ míessayer divers monocles pour tester ma vue (´†un monocle†?!†ª), jíai avouÈ que finalement, je voyais mieux sans. Et quoi encore†? La jambe de bois du capitaine Crochet†?

Ce rendez-vous manquÈ avec le chic binoclard fut compensÈ lorsque jíatteignis lí‚ge canonique de 20 ans†: ces conjonctivites ‡ rÈpÈtition, cíÈtait de líastigmatisme. Je dus me retenir pour ne pas embrasser líophtalmo. Par chance, il ressemblait ‡ Michel Galabru avec un plus gros nez. A 30 ans, je devins myope. DËs 40, presbyte. JurÈ crachÈ. JíespËre devenir aveugle ‡ 50, je te tiens au courant.

A se demander quand mÍme si un souhait aussi ardent formulÈ ‡ un ‚ge aussi tendre ne finit pas par se rÈaliser, ou si cíest le Bon Dieu qui mía punie díavoir menti ‡ maman. Le fait est quíaujourdíhui, sans bÈquilles ophtalmiques, je vois trËs flou, merci.

Maintenant que jíy repense, jíai aussi ardemment souhaitÈ porter líun de ces ÈlÈgants appareils dentaires avec le fil mÈtallique devant et le palais en plastique rose que plusieurs de mes copines mettaient fiËrement ‡ tremper dans leur verre Duralex ‡ la cantine avant de planter la fourchette dans le hachis parmentier. Malheureusement, jíavais les ratiches au garde-‡-vous. Mais, miracle, ‡ 30 ans, jíai eu droit ‡ plusieurs mois díun appareil comme on les fait aujourdíhui ñ ces immondes bagues collÈes sur les dents, l‡ ñ ‡ la suite díhistoires dentaires que je tíÈpargnerai, vu que cíest líheure du dÈj.

Je vois trËs flou, merci

Le seul truc de con que jíai terriblement enviÈ ‡ mes camarades díÈcole et que je níai pas encore obtenu, cíest le bras dans le pl‚tre, avec les signatures dessus, la dispense de gym et la prioritÈ dans la queue de la cantine. Tu avoueras que je peux encore espÈrer. Cíest le genre de plaisir qui peut tíarriver jusquíau quatriËme ‚ge bien tassÈ, avec signatures de toute la maison de retraite et du personnel soignant rÈunis. Jíy crois encore, comme diraitÖ qui dÈj‡†? CÈline Dion†? HÈlËne SÈgara†?

Mais revenons ‡ nos lorgnons. Evidemment, depuis mes 20 ans, jíai eu largement líoccase de me faire plaisir en portant toutes les formes et couleurs de binocles. L‡, maintenant, depuis un an ou cinq, jíen ai ma claque. Ras le bol, les lunettes qui glissent sur le nez, ras le vase, la quÍte des lunettes perpÈtuellement ÈgarÈes†(je suis de religion bordÈlique, tu te souviens†?), ras la baignoire, enfin, ma poire avec des lunettes dessus.

Alors, quand la nouvelle ophtalmo que mía filÈe ma potesse Sylvie M&Mís a jurÈ que ´†mais si quíon peut porter des lentilles quand on est astigmate, pourquoi quíy vous zíont dit le contraire, mes antÈrioconfrËres†?†ª, jíai d˚ me retenir pour ne pas líembrasser. Et cíest la fleur au fusil que je suis retournÈe ‡ son cabinet il y a trois jours pour rÈcupÈrer mes trÈsors.

Trois quarts díheure plus tard, son assistante en coaching rapprochÈ faÁon match de boxe, tout mon mascara au milieu des joues, jíavais rÈussi ‡ poser la premiËre. Encore une petite demi-heure pour la seconde. ´†Vous Ítes toujours l‡†?†ª, síÈtonnait croissamment la spÈcialiste en faisant entrer chaque patient, dont aucun nía manquÈ de me lancer un regard díapitoiement mÍlÈ de vague dÈgo˚t. Jíessayais de me souvenir quand je míÈtais sentie aussi humiliÈe et aussi crÈtine. Pas depuis longtemps.

Lorsque líassistante a expliquÈ en soupirant que ´†maintenant, madame, il va falloir apprendre ‡ les retirer, puis vous les remettrez en place pour que le docteur examine si elles sont bien adaptÈes ‡ votre vue†ª, jíai cru ‡ une plaisanterie.

AprËs avoir passÈ líaprËs-midi ‡ larmoyer dans ce purgatoire du doigt dans líúil, lorsque je suis enfin entrÈe dans le cabinet de la spÈcialiste, jíavais les mirettes injectÈes de sang et de maquillage†: impossible de vÈrifier ma vue. Encore trente-cinq minutes dans les soupirs de líassistante, qui a loupÈ son train du soir, et jíavais retirÈ le matos. ´†Faites des essais chez vous, quíelle mía dit, et pis revenez nous voir aprËs, quíon vÈrifie votre vision.†ª

IrrÈcupÈrablement nouille

En reprenant ma voiture, yeux explosÈs derriËre mes lunettes ñ eh, je míÈtais jamais rendu compte ‡ quel point cíest facile ‡ enfiler, des lunettes†! ñ, Áa míest revenu. Deux fois, dans ma vie, je me suis sentie aussi irrÈcupÈrablement nouille. Quand jíai appris ‡ conduire, et pour mon premier Tampax. Bon, ben finalement, ya de líespoir, je me suis dit. Cíest deux sports dans lesquels, en dÈpit díune absence totale de dispositions initiales, je suis devenue championne intercontinentale. Quand tu veux je te fais une dÈmo.

L‡, vingt et uniËme siËclienne ou ien, ‡ ma table de travail, aprËs avoir regardÈ attentivement les deux CD de mode díemploi et consultÈ le manuel, je viens de rÈussir ‡ me fourrer ces deux petits monstres sur les globes en ‡ peine vingt minutes (les deux†!). AllÈluia, nan†?

© Muriel Gilbert

PS†: Un bÈmol†? Oui†: je vois flou. Mais je porte pas de lunettes. Et regarde, jíarrive quand mÍme ‡ clavioter. Cíest dÈj‡ pas mal, hein†? OK, je reprends rendez-vous chez líophtalmo. Je te tiens au courant.

PS-bis†: Et toi, sans dÈc, tu y es toujours arrivÈ/e tout de suite†? Lentilles, dÈmarrages en cÙte ET Tampax†? Dis-moi que non ou je te fais avaler un paquet de lentilles.

Lire aussi...

  • danielle 3 février 2011 at 13 h 02 min

    mets tes lunettes pour voir clair en mettant les lentilles!

    • Muriel Gilbert 5 février 2011 at 12 h 21 min

      @ Danielle : J’attends toujours de trouver des lentilles qui me permettent d’y voir clair…