Un portable pour ton ado ? Ah ah ah !

Avez-vous remarqué, bande de parents, comme chaque nouvel objet qui fait son entrée au domicile familial est l’occasion de contrariétés inédites ? Dans le cadre de nos sessions pédagogiques de partage d’expériences, abordons cette semaine, si vous le voulez bien, le cas du téléphone portable.

« Ne commets surtout pas cette erreur ! », m’avait avertie un collègue vétéran de l’élevage d’ados, tandis que j’évoquais devant lui l’idée d’en offrir un à l’héritier pour ses 15 ans. « Depuis que nos gosses en ont, à la maison, c’est la guerre ! » Le pauvre. La première facture de ses deux aînés, équipés à Noël, a nécessité une autorisation de découvert.

Inquiétant, certainement. Mais moi j’avais tout prévu. J’avais dégotté ce forfait ado, bloqué à quatre-vingt-dix minutes et 20 euros par mois. « Et puis, ai-je rassuré le pauvre homme ruiné par le désir de communication de sa progéniture, mon fils à moi ne m’a même pas demandé de téléphone portable : je ne vois pas pourquoi il en abuserait !

–         Et moi alors, je ne vois pas pourquoi tu tiens à lui en offrir un ! »

Sur le moment, j’avais jugé préférable de changer de sujet. Quelque difficulté à assumer, peut-être, ce qui motivait ce cadeau pas tellement désiré par un fiston peu téléphonomane.

Téléphone ou balise Argos ?

La raison, c’est simplement que je passe mon temps à lui courir après. Quand j’ai besoin de le contacter du boulot, par exemple, pour lui demander d’acheter une baguette pour le soir, j’appelle d’abord la maison. C’est vraiment par acquis de conscience : même si l’héritier y est, le téléphone est trop loin de sa chambre pour qu’il l’entende. C’est ce qu’il affirme, en tout cas. J’aime autant lui accorder le bénéfice du doute, c’est plus reposant.

En général, j’en suis réduite à laisser un message sur le répondeur. Puis, j’appelle chez son pote Romain, puis au magasin de jeux vidéo de Jérôme, puis chez Joachim, et parfois il est en balade, nul ne sait où.

Quand par chance je tombe sur la mère de Romain, ou d’un autre, et qu’elle me dit que le sien non plus n’est pas à la maison, nous avons un indice : nos héritiers sont probablement ensemble. On se promet mutuellement de se tenir informées si l’une de nous en voit passer un, ou les deux. L’ennui, c’est que périodiquement l’héritier se fait aussi de nouveaux copains.

Globalement, notre dîner s’accompagne de pain rassis, ou de pas de pain du tout. Le plus pénible, ça reste quand même le temps que je perds à le poursuivre, sans compter la dépense téléphonique – et parfois une légère dose d’inquiétude.

Bref, ce que j’ai voulu offrir à mon héritier, ce n’est pas tant un moyen de communiquer avec ses copains qu’une balise Argos, de celles qui permettent de retrouver les navigateurs solitaires, où qu’ils soient, sur tous les océans du globe. Pour une vingtaine d’euros par mois, ça me semblait une assez bonne affaire. Naïveté…

Je me suis engagée à dépenser 20 euros par mois pendant deux ans. Un peu plus, parce que l’opérateur ne bloque la ligne téléphonique que dans les douze heures qui suivent le dépassement de la limite fixée – mais c’est toi qui paies la différence, ben tiens. Passons.

L’héritier utilise son téléphone pendant l’heure et demie à laquelle il a droit. Ça lui prend environ une journée, en début de mois, consacrée à une ou deux conversations avec Romain. Son forfait épuisé, il laisse le portable déchargé jusqu’au début du mois suivant. Quand il a besoin d’appeler ses amis, il utilise le téléphone fixe ou mon portable. Je passe toujours autant de temps à le chercher. Un peu plus, même, parce que j’essaie toujours son numéro personnel avant d’entamer la liste des autres.

Ça s’achète où, une vraie balise Argos ? Ou un émetteur espion, à scotcher au double-face sous son sac à dos, avec écran de contrôle ?

Allez, salut, bande de parents !

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • dominimes 1 mars 2012 at 9 h 50 min

    Je ne sais pas si la solution existe…;))

  • Béatrice 1 mars 2012 at 9 h 55 min

    Les Mecs ont leur portable greffé dans la main … C’est bien pratique en effet !!

  • Pierre 1 mars 2012 at 10 h 29 min

    Ce qui est étonnant, c’est qu’il ait été aussi peu téléphomane: les adolescents que j’ai l’occasion, pour des raisons professionnelles, de croiser, voient en leur portable un organe vital supplémentaire…

  • MamyS 1 mars 2012 at 12 h 46 min

    Etonnant en effet… Oh! que je suis contente d’être vieille et de n’avoir plus d’ados à la maison…. Paix, joie et sérénité sont mon lot quotidien… (Bon, c’est vrai: des fois je m’ennuie!)

  • Zette 1 mars 2012 at 14 h 56 min

    Mmmh mais je crois que y a des appli (payantes bien sûr et genre qui coûtent deux ou 3 truffes du Périgord), qui te permettent de savoir où il est, donc ta fameuse balise argos, mais DANS le téléphone de ton enfant.
    (j’aurais peut-être mieux fait de me la fermer non?)

  • Setjay 1 mars 2012 at 18 h 20 min

    Wahhh le flicage !!! Ces appels à tout le monde, c’est juste pour une baguette ? Je te conseille le pain pré-cuit, c’est excellent et on peut toujours en avoir en réserve lol
    NB : il y a une petite quinzaine d’années, les rares fois où ma mère m’a appelée, je n’ai jamais répondu 😉

  • Poulette Dodue 1 mars 2012 at 21 h 37 min

    Le mien de 7 piges négocies déjà un portable au plus tôt…j’ai dit pas avant 15 ans !!! Il veut avoir 15 ans …

  • as de trêfle 2 mars 2012 at 10 h 04 min

    Excellent! Mais j’ai la solution pour toi:
    Tu peux lui offrir un blouson (de ski) équipé d’une balise pour retrouver les gens sous les avalanches! Et pour le localiser tu appelles la brigade de secours en montagne!

  • unehistoire 2 mars 2012 at 10 h 31 min

    De toutes façons dès que t’as gosses, tu balises.
    Même sans balise à gosses.

  • Muriel Gilbert 4 mars 2012 at 12 h 01 min

    @ Dominîmes : Quelques-unes, dans les commentaires…
    @ Béatrice : Du moment qu’ils répondent !
    @ Pierre : L’héritier m’a toujours surprise, moi aussi…
    @ MamyS : C’est vrai, avec les ados, jamais d’ennui.
    @ Zette : Même quand la batterie est déchargée ?
    @ Setjay : La baguette, c’est une figure de style. Tu n’as pas (encore) d’enfant, je devine !
    @ Poulette : Peut-être que pour ses 8 ans tu pourrais lui offrir 7 ans de plus ?
    @ As de trèfle : Voilà une solution, merci !
    @ unehistoire : Ça c’est ben vrai, ça.

  • Daydreamer 4 mars 2012 at 13 h 46 min

    mon père a acheté un tél portable à mon fils alors qu’il avait 9 ans… il en a 10: parfois, il s’en sert pour papoter par textos avec son grand père avant d’aller au dodo, et pendant les vacances, quand il devait aller seul à son stage d’aviron, il « s’amusait’ à me prévenir « je sors de l’immeuble » « je sors du métro ». Un jour, ça a été « le minibus ne s’est pas arrêté!!! je fais quoiiiii???? ». Du coup, je suis un peu moins allergique au portable (même s’il n’a pas le droit de l’emmener à l’école ni d’appeler ses copains avec.. d’ailleurs, ses copains de 10 ans, ils ont tous un compte FB, mais pas de portable :D)

  • Muriel Gilbert 4 mars 2012 at 19 h 13 min

    @ DD : Oui, 9 ans, ça semble très très prématuré, en effet, mais c’est vrai qu’avec une utilisation homéopathique, ben ça peut-être tout à fait utile…

  • anacoluthe 6 mars 2012 at 15 h 28 min

    Les gens qui ont un portable toujours déchargé c’est 12 sur l’échelle des trucs qui m’exaspèrent ! Mini-Monstre Premier, elle, rêve d’un portable + d’une cartable-besace + d’un petit copain à tenir par la main, parce qu’elle a décrété que ce sont les trucs les plus cools quand on est au collège… Après ton billet, je vais opter pour le petit copain, plutôt…

  • Muriel Gilbert 6 mars 2012 at 15 h 29 min

    @ Anacoluthe : Tu vas l’acheter où ?

  • Mlle Mimosa - Lydie 9 mars 2012 at 14 h 24 min

    Attends le siècle prochain, nous aurons tous des puces implantées sous la peau, comme dans Minority Report (ou comme les chiens).

  • Muriel Gilbert 9 mars 2012 at 19 h 44 min

    @ Mle Mimosa : Ah ouais. Je pense que ça viendra avant 2100. Comme ça, je le verrai (euh, j’y tiens pas).