L’Anapurna et le sudoku

Cher habitant du siècle numéro vingt et un, telle que tu me vois là, dans ton ordi, avec cette mine à faire pâlir de jalousie l’héritière Bronzasol soi-même, je rentre de vacances.

En vacances – t’as remarqué ? – on fait des trucs qu’on ne fait pas le reste de l’année. On marche, on fait la vaisselle à l’eau froide, on dort dehors, j’ai même entendu parler d’extrémistes qui s’adonnent à la voile ou au ski. Moi, en vacances, je fais des sudokus.

Le sudoku est un sport qui présente l’avantage de se pratiquer en intérieur comme en extérieur. Le principe, c’est de compléter une grille avec des chiffres de 1 à 9, chacun ne devant être utilisé qu’une fois par ligne, par colonne et par carré de 9 cases. Ça sert à rien.

[On peut écouter cette chronique au lieu de la lire, youpi, en cliquant sur le logo France Inter ci-dessous]

Clique ici et régale tes jolies esgourdes

C’est ma mère, qui m’a appris à faire les sudokus. Elle aimerait mieux peut-être que je t’explique qu’elle m’a appris à résoudre les divisions euclidiennes ou à chanter l’air des bijoux de Faust, mais ce serait mentir. Avant qu’elle m’enseigne cet art, car il faut avouer que c’est assez sorcier – même cette vacancière de Brigitte Patient m’a confié récemment qu’elle n’y entendait goutte –, dans le journal, je faisais que les mots croisés, je gâchais toujours les sudokus qui sont à côté.

Bon, quand c’est pas les vacances, je fais pas de sudokus. Faire des trucs qui servent à rien, je trouve, c’est bon pour la jeunesse. Depuis que j’ai compris que, tuile, j’allais pas vivre éternellement, j’ai arrêté le flipper, le tricot et les mots croisés – les sudokus n’avaient pas encore envahi l’Hexagonie. Quand j’ai fini de travailler, de faire les courses et d’étendre le linge, j’avance sur ma thèse en détaillologie de la vie, que je viens te raconter ici par petits bouts le lundi à l’aube.
En vacances, en revanche, le linge moisit en boule dans la bassine, moi je fais des sudokus.

Les sudokus, c’est comme la vie

Ce qui est chouette, avec les sudokus, c’est que c’est comme la vie : à la fois ya du suspense – ya un moment, tu penses que tu y arriveras jamais –, et à la fois, par expérience, tu sais que tu y arriveras sûrement. Et ya toujours un moment où la solution ne vient pas, t’as des chiffres possibles pour chaque case écrits partout au crayon, rayés, gommés, réécrits, t’en as marre, tu te dis nan, cette fois, jamais je m’en sortirai, j’abandonne, je ferme les yeux, je fais la sieste (je te rappelle que t’es obligatoirement en vacances). Après tu te réveilles, tu prends le pastaga sur la terrasse avec des copains, des glaçons qui ting-ting et des rondelles de saucisson sec, t’oublies, et le lendemain, après les croissants, tu tends mollement le bras vers ton canard au sudoku tout gribouillé, et paf, tu la vois, la solution, le truc qui débloque tout, et tous ces petits chiffres narguants se mettent au garde-à-vous et plus vite que ça. J’adore.

La vie, c’est pareil. Des fois, dans la vie, t’as une contrariété que l’Anapurna à côté c’est une taupinière dans le carré de laitue de ton voisin. N’est-ce pas ? Bon. Ben des fois, faut pas te casser le tronc. Tu fais la sieste, tu prends l’apéro, tu rondelles-de-saucissonnes, tu l’oublies, ton Himalaya, et le lendemain, il s’est tout dégonflé. Tout seul. Dans ta tête. C’est ce qu’on appelle « la nuit porte conseil », comme phénomène.

Bon, malheureusement, c’est vrai qu’il y a des fois, ça marche pas et t’as plus qu’à enfiler le masque à oxygène et à embaucher les sherpas. Mais là j’y peux rien. Faut pas trop m’en demander non plus.

Allez, habitant du siècle numéro vingt et un, attache tes crampons, on grimpe.

Tu me reconnais ?

Chronique T’as remarqué, en direct sur France Inter chaque lundi à 5 h 50, dans la joyeuse émission de Brigitte Patient, Un jour tout neuf.
Ou alors, en cliquant plus haut, sur le logo France Inter, on écoute en podcast quand on veut, youpi.

© Muriel Gilbert

 

 

Lire aussi...

  • Béatrice 23 avril 2012 at 9 h 16 min

    Oh la la ….. Les sudokus et moi, on est pas copains …. 😉

  • Filo 23 avril 2012 at 9 h 35 min

    J’adore!;)))
    Mais pas les sudo-machins (quoi jouer avec des chiffres? ôskour!)

  • charlotte75 23 avril 2012 at 9 h 51 min

    Deux sudokus par jour…..c’est bon pour le cerveau….quand on comprend le système…ce n’est qu’une gymnastique….de l’esprit….seuls les diaboliques me résistent……

  • Poulette Dodue 23 avril 2012 at 11 h 35 min

    Tu es une philosophe des temps moderne ! Ta métaphore anapurnesque de la vie me plaît, je note pour l’intégrer.

  • Zette 23 avril 2012 at 12 h 50 min

    J’ai trouvé plus facile d’en faire que de le prononcer correctement sans susciter aussitôt les railleries extrêmes, comme l’ascension de l’Anapurna en claquettes.

  • Muriel Gilbert 23 avril 2012 at 14 h 08 min

    @ Béatrice : Ma mère donne des cours. Tu veux que je t’inscrive ?
    @ Filo : En fait, les chiffres sont là pour tromper l’ennemi : on ne compte rien. On peut faire des sudokus avec des symboles à la place des chiffres. C’est mieux pour toi ?
    @ Charlotte : Bon, j’ai lu ce matin dans Le Monde d’après-demain (yen a qui vont trouver ça étrange… j’explique à qui veut) que le Scrabble et le bridge, si c’est pour maintenir la cervelle d’attaque, c’est mieux que le sudoku ou les mots croisés. Bon, mais moi aussi, je préfère les sudokus.
    @ Poulette : On m’appelle Bernard-Henri Muriel, d’ailleurs 🙂
    @ Zette : Si tu as écouté le podcast, tu auras entendu que j’ai pris la précaution de prononcer « soudokou ». Humm.

  • dominimes 23 avril 2012 at 14 h 37 min

    Chouette, il y a du soucisson… mais t’as pas autre chose que le pastaga ? un petit vin blanc bien fruité ? par exemple ?
    SANTE !

  • MamyS 23 avril 2012 at 17 h 01 min

    J’adhère totalement à la métaphore anapurnesque. pour ce qui est de « jouer avec des chiffres » je trouve juste que c’est antinomique. « Chiffres et jouer » ça va aussi mal ensemble que … que… je sais pas moi… Que « roquefort et chocolat », voila! En gros, j’aime pas, mais pas du tout les chiffres et les nombres et tout ce qui va avec!

  • Muriel Gilbert 23 avril 2012 at 17 h 07 min

    @ Dominîmes : Un petit gewurtz ? Ou alors un vino verde du Portugal ? Allez, je sors les cahuètes.
    @ MamyS : Moi aussi, je suis imperméable aux chiffres. Mais comme j’ai expliqué au-dessus, en répondant à Filo, dans le sudoku, aucun calcul : les chiffres pourraient être remplacés par des symboles.

  • dominimes 23 avril 2012 at 18 h 09 min

    ok pour un gerwurtz… mais si tu veux me faire goûter un vino verde, ce ne sera pas de refus…
    je t’apporte les tapas… 😉

  • Dame Petunia 24 avril 2012 at 11 h 08 min

    En vacances, je ne fais rien de potentiellement contrariant. Le sudoku est banni de ma vie ! Les chiffres, ça n’est pas mon truc (c’est ma comptable qui s’en réjouit). Même le niveau débutant me sort par les yeux !

    Par contre, j’ai gagné 1000 euros une année aux mots fléchés Télé-Loisirs !

  • unehistoire 24 avril 2012 at 13 h 50 min

     » Quand tu escalades la face Sud, tu as le sudoku. « 

  • Muriel Gilbert 24 avril 2012 at 14 h 44 min

    @ Dominimes : Dès que le soleil francilien se décide à le permettre, je t’invite à tester le vino verde dans mon jardin de poche.
    @ Petunia : Tous ceux qui ne connaissent pas le sudoku pensent que c’est un jeu de chiffres, mais – je l’ai expliqué plein de fois en réponse aux comms de cette chronique, les chiffres dans ce jeu ne sont que des symboles, qu’on pourrait remplacer par des fleurs ou des ours en peluche. Tu devrais essayer.
    @ une histoire : Parce que toi, en escaladant, tu utilises le ku ? Pour se laisser glisser à la descente, encore…

  • unehistoire 24 avril 2012 at 15 h 23 min

    @Muriel : Tu confonds face et fesses. Si tu escalades une face sud, tu regardes vers le Nord et donc t’as le sudoku. C’est Q FD

  • MamyS 24 avril 2012 at 18 h 24 min

    C’est pas le problème de calculer ou pas! C’est juste de voir des chiffres! Alors après, si tu me trouves une grille avec des nounours, des étoiles etc, pourquoi pas!

  • dominimes 25 avril 2012 at 9 h 02 min

    Trop choux ! je prends note !

  • Muriel Gilbert 25 avril 2012 at 11 h 52 min

    @ unehistoire : J’ai jamais eu le sens de l’orientation…
    @ MamyS : J’en ai vu !
    @ Dominimes : Je le mets au frais.

  • nine dit tout 25 avril 2012 at 15 h 11 min

    c’est là que je vois que j’ai pris un coup de vieux,je commence à faire des mots croisés….lol

  • Marion 27 avril 2012 at 22 h 44 min

    J’aime beaucoup la version muriélesque de « La nuit porte conseil »

  • Cathy 28 avril 2012 at 19 h 29 min

    L’air des bijoux de Faust, c’est quoi ça, une chanson paillarde ?

    Excuse mon retard, j’étais en vacances mais sans Sud au cul.

  • Muriel Gilbert 29 avril 2012 at 17 h 40 min

    @ nine dit tout : Je me promets bien d’en refaire tous les jours quand je serai à la retraite (si on n’a pas aboli la retraite avant que j’atteigne l’âge).
    @ Marion : Avec pastis et saucisson sec ?
    @ L’air des bijoux de Faust, c’est celui que chante la Castafiore : « aaah, je ris de me voir si belle en ce miroir… » Tu es excusée, je vois que tu as vite rattrapé ton retard.