Sans lui, je suis perdue

Il síappelle FranÁois. Je líaime beaucoup. Jamais il síÈnerve quand je tourne pas o˘ il a dit. Cíest le tÈlÈphone GPS que je me suis offert avec les points Bouygues ‡ ma mËre qui veut jamais changer de portable vu quíaprËs il lui faut six mois pour apprendre ‡ se servir du nouveau.

Evidemment, il tÈlÈphone bien, cíest la moindre des choses. Mais surtout, surtout, il me trouve mon chemin quand je suis perdue. Cíest-‡-direÖ mettons, souvent. Il paraÓt que les filles ont pas le sens de líorientation. Disons que cíest un cÙtÈ trËs fÈminin que jíai. Jíentre dans une boutique, je ressors, je repars ‡ líenvers. «a me fait perdre pas mal de temps, en plus de mon chemin.

Si jíai le malheur díessayer de consulter un plan, Áa me donne la nausÈe. Si je le pose par terre et que je mets les pieds dedans, parfois jíarrive ‡ comprendre dans quel sens il faut que je reparte. Evidemment, mes plans de Paris font peine ‡ voir, avec toutes ces traces de semelles. Assez rapidement, on níy voit plus rien du tout, et du coup, comment tu veux que je míen sorte ?

Quand je líai mis en route la premiËre fois, jíavais le choix entre FranÁois et Catherine, comme voix. Jíai pris FranÁois : les filles et líorientation, pardon.

Jíai dÈj‡ dit que je líaime beaucoup ? Quand je rate un tournant ñ parce quíil faut avouer que, malgrÈ ses indicationsÖ ñ, instinctivement, je plisse les yeux, je tends le dos. ´ Je tíai dit de tourner ‡ gauche et toi tu continues tout droit ? ª, míattends-je ‡ ouÔr. ´ FranÁois, tu míen veux pÙ ? ª

Mais non. Juste il recalcule. Comme síil avait compris sans que je le lui dise que ce cornichon de 30-tonnes ÈtiquetÈ Norbert Dentressangle, l‡ (‡ propos, cíest qui, ce Norbert qui omniprÈsente le macadam hexagonal ?), ben il mía empÍchÈe de me rabattre, alors comment tu veux tourner. Hein, comment ?

Mon FranÁois rÈflÈchit, il mouline un peu, il refait ses calculs et il annonce ´ Votre itinÈraire a ÈtÈ calculÈ ª, sans JAMAIS síÈnerver. Et en plus, il me vouvoie. Gentleman. Un lÈger accent british, et ce serait pure heaven.

NíempÍche, des GPS, on en voit ventousÈs sur tous les pare-brise, ‡ croire que plus personne sait o˘ il va. Du coup, en tant quíhandicapÈe du pÙle Nord, je me sens moins seule.

Mais tu sais pas tout. Le miracle digne de Lourdes, cíest que FranÁois me rescousse mÍme quand je dÈambule ‡ pied, puisque du coup quíil habite dans un tÈlÈphone, je líai tout le temps dans mon sac ‡ main. Sauf quand jíoublie mon tÈlÈphone ‡ la maison, mais l‡ quíest-ce que tu veux faire.

Bon, quand tu marches dans la rue, faut assumer quand FranÁois indique ‡ pleine et belle voix grave lÈgËrement robotique et over-articulÈe : ´ A 15 mËtres, ‡ la deuxiËme rue, tournez ‡ gauche ª. Les gens qui font la queue ‡ líarrÍt de bus te regardent de líair de se demander o˘ tías garÈ ta soucoupe. Personnellement, j’estime que Áa me donne un soupÁon de charme exotique.

Allez, salut, bande de vingt-et-uniËme siËcliennes et iens !

© Muriel Gilbert

Lire aussi...