Pipi : pourquoi tant díattente ?

Longue attente devant les toilettes des filles...Au nombre des inconvÈnients inhÈrents ‡ la condition fÈminine, avec les variations hormonales et le trimballage obligÈ díun sac ‡ main de 3 kg minimum (1), figure líattente interminable devant les lieux díaisances publics. Ainsi, le thËme de notre petite confÈrence philosophico-hebdomadaire ´ La vie (o˘ est le) mode díemploi ( ?) ª sera-t-il aujourdíhui, tout naturellement : ´ Pourquoi donc kíy a tout le temps la queue devant les toilettes des filles ? ª

Poussons la porte, au hasard, de cette PME díIvry-sur-Seine (neuf-quatre). Bonjour, madame la standardiste díaccueil, pipi, cíest o˘ ? Au fond du couloir (jíaurais d˚ míen douter), deux vÈcÈs. Un ´ messieurs ª, un ´ dames ª. Líentreprise comptant quinze salariÈs, dont dix gonzesses, embouteillage garanti cÙtÈ fÈminin. La logique voudrait, síil est compliquÈ díinstaller davantage de toilettes, que les deux existantes soient mixtes. Ben oui, mais non : figure-toi que le code du travail, article R. 232-2-1, exige quíelles soient sÈparÈes. Si ta petite entreprise compte 19 employ…ES et 1 employ…, tu es tenu de prÈvoir deux lieux diffÈrents. Ce níest quí‡ partir de 20 employ…ES que tu devras fournir deux cabinets femelles. (Tu noteras au passage, vingt et uniËme siËclienne ou -ien, que je me moque pas de toi : jíai enquÍtÈ sÈrieux, code du travail et tout.)

Je te parie ma vessie que celle des dames est plus petite

L‡ o˘ líaffaire se corse, cíest que mÍme síil y a autant de femmes que díhommes dans un endroit donnÈ, les toilettes des premiËres sont davantage sollicitÈes que celles des seconds. Pour tíen convaincre, profite donc díune soirÈe ‡ la fois longue et mixte, installe-toi en toute discrÈtion sur le trajet des lieux díaisances, sors ton Bic m‚chouillÈ et ton carnet ‡ spirale, fais deux colonnes, et coche. A la fin de la fiesta, la liste des gars sera plus courte de 50 % au minimum. Les filles pissent plus souvent (2). CQFD. Je níai pas eu le loisir de pousser la prÈsente enquÍte jusquí‡ líÈtape de la dissection, pourtant je suis prÍte ‡ te parier ma vessie que celle des dames est de 33 ‡ 50 % plus petite que celle des messieurs. Attention : en cas de cobayes de 60 ans et plus, les proportions peuvent síinverser. Cíest líirruption de líÈlÈment prostate ñ un truc dont vous Ítes pas ÈquipÈes, les filles, personne sait trop ‡ quoi Áa sert, mais apparemment cíest pas une mauvaise affaire de pas en avoir.

Mais revenons ‡ nos vÈcÈs, car nous avons encore passÈ sous silence un ÈlÈment aggravant : ‡ chacune de leurs visites, les donzelles y passent aussi 50 % plus de temps que leurs chÈris (ben oui, nous, euh, bon, voil‡, cíest la vie, cíest tout). Il serait donc Èquitable de prÈvoir au moins deux fois plus de toilettes pour femmes. Et ñ ne mÈgottons pas ñ jusquí‡ trois fois plus dans les endroits qui accueillent des familles. Parce que, ‡ la station-service des dÈparts en vacances, qui cíest qui est chargÈe de la vidange des rÈservoirs de la marmaille, en plus du sien, tandis que monsieur, díun geste aussi m‚le quíÈvocateur, remplit celui de la MÈgane de sans-plomb 98 ? Voooil‡. Dío˘ la tragique file díattente de mËres et de moutards qui se trÈmoussent devant les WC ´ dames ª, tandis que les rares spÈcimens masculins franchissent au compte-gouttes (aucune allusion ‡ celles qui bondissent joyeusement autour de la cuvette) líentrÈe de leur domaine rÈservÈ.

LËve le menton bien haut, bombe le torse et va chez eux

Le projet de loi qui permettrait de mettre un terme ‡ cette criante injustice níÈtant pas encore ‡ líagenda de líAssemblÈe, je vais pas te laisser poireauter comme Áa, vingt et uniËme siËclienne. DËs que la file díattente dÈpasse deux nanas (euh, disons cinq), fais comme moi : lËve le menton bien haut, bombe le torse, et vas-y, chez eux. Et ressors pareil, fiËrement. Faut un peu assumer quand, au retour, tu te trouves nez ‡Ö nez, disons, avec un type, arrivÈ entre-temps, qui utilise líurinoir. Mais síil fait mine de te lancer un regard interrogativo-reprochal, juste tu le toises, de ton regard bleu acier (marron, vert, raye la mention inutile), et Áa líimmobilise assez longtemps pour que tu sortes de l‡, et plus vite que Áa. Des fois, Áa co˚te pas cher de se sentir rÈvolutionnaire. Et puis, comme disait mon homonyme ´ Mu líautre ª dans les commentaires de la semaine derniËre, líavantage cíest que, cÙtÈ hommes, il reste toujours du savon dans les distributeurs. Je ne chercherai pas ‡ savoir pourquoi.

Allez, on lance un club des filles qui níattendent plus ?

Quant ‡ toi, vingt et uniËme siËclien, sois grand seigneur, invite les dames dans tes toilettes. Si díaventure tu reÁois une petite claque, parce que quelquíune aura pris ta galanterie pour une proposition malhonnÍte, Dieu, lui, te le rendra.

© Muriel Gilbert

(1) Si cette donnÈe níest pas assimilÈe, va rÈviser la chronique†´ Des filles, des ‚nes, des sacs et des chameaux ª.

(2) Note culturelle ‡ caractËre Ètymologique : sans doute faut-il voir l‡ líorigine de líÈlÈgant substantif de ´ pisseuse ª.

Lire aussi...

  • LÈonie Canot 8 mars 2011 at 8 h 53 min

    Áa, c’est un principe chez moi : trop d’attente chez les filles, hop ! je vais chez les hommes. Non mais.
    Ma fille de 13 ans s’insurge, elle, contre la diffÈrence de tarif pour une coupe chez les coiffeurs hommes/femmes…

  • Sandra 8 mars 2011 at 10 h 24 min

    Moi je n’ai jamais compris cette queue, les femmes prennent leur temps et Áa me gonfle, donc oui, quand je peux, je vais chez les hommes et sans complexe!

  • Poulette Dodue 8 mars 2011 at 10 h 54 min

    Je prend ma carte au Club ! Je vais direct chez les gars dËs qu’il y 2/3 donzelles en file (in)disciplinÈe devant les wawas !
    Merci pour les textes de loi, j’m’en vais les trouver pour les poser sur les bureaux de la bosse ! (un WC mixte pour plein ‡ mon taf !)

  • Begonia 8 mars 2011 at 12 h 24 min

    Tu as tout compris (rapport au savon) : si on passe plus de temps aux toilettes, c’est parce qu’on prend le temps de se laver les mains (et qu’on profite des supers nÈons pour vÈrifier qu’on a oubliÈ aucun point noir…)

  • Fifi 8 mars 2011 at 15 h 04 min

    Alors je ne suis absolument pas d’accord avec ton article, qui au passage m’a quand mÍme plus.
    Je m’explique. Je vis exactement la situation inverse. Nous sommes 3 filles pour une quinzaine de balourd. Depuis que nous sommes dans ces locaux, les 2 toilettes Ètaient mixtes et nous avons insistÈ plusieurs fois auprËs de la direction pour appliquer la loi. Pourquoi ? Parce que je suis dÈsolÈe messieurs mais vous Ítes des cochons !!! Gougoutes sur la lunette ou parterre , poils, brosse et dÈsodorisant complËtement inconnu du bataillon et j’en passe… enfin bref des chiottes (il n’y a pas d’autres mots) crades de chez crade et depuis que nous sommes entre fille c’est nickel. Ben oui des fois on attend, mais quel bonheur de retrouver des toilettes propres.

  • Ghislaine 8 mars 2011 at 15 h 23 min

    Bien ÈtudiÈ muriel !!!! et bien moi je fais exactement cela, quand y a trop de monde chez les donzelles, je vais chez ces messieurs, le seul hic !!! et qui va me contredire ? c’est que souvent leur petit coin est moins (voir beaucoup moins) propre que celui des filles. Pourquoi ? est pour la mÍme raison qu’il y a toujours du savon dans le distributeur ?

  • Angie91 8 mars 2011 at 17 h 41 min

    Je suis morte de rire!!! Il y a bien longemps que je vais chez les hommes quand la file d’attente est trop longue!!! Je me souviens du regard amusÈ de certains hommes, lors d’un concert au stade de France… Cent mËtres de file cÙtÈ femmes… mais dix mËtres seulement cÙtÈ hommes!!!! D’ailleurs ces messieurs ne r‚lent pas, la plupart du temps!! Manquerait plus que Áa!!!! Alors… o˘ il faut signer pour faire partie du club « des filles qui n’attendent plus »? Rire!! Bisous!

    • Muriel Gilbert 9 mars 2011 at 8 h 43 min

      @ LÈonie : C’est vrai, ta fille a raison, Áa aussi c’est injuste. DÈj‡ qu’on doit payer la couleur en plus, je vois pas pourquoi la coupe serait plus compliquÈe.
      @ Sandra : Il faut reconnaÓtre que les femmes ont un processus plus compliquÈ ‡ mettre en oeuvre, suffit pas d’ouvrir une braguette, si ?
      @ Poulette : Tu me diras si l’affichage fait de l’effet !
      @ Begonia : Ah oui, les points noirs… Dans les toilettes de mon boulot, la lumiËre nÈon permet surtout de vÈrifier les cernes et la mauvaise mine.
      @ Fifi : Bienvenue ici. J’avais pas pensÈ ‡ cet aspect. Mais c’est d’autant plus flagrant chez vous que vous Ítes peu de filles pour plein de gars…

  • Jorgia 9 mars 2011 at 14 h 24 min

    @ LÈonie :
    Et oui …. je suis un peu comme ta fille . Je m’insurge. Je suis outrÈe des prix exorbitants des coiffeurs. Car je vous mets au dÈfis d’aller vous faire couper les cheveux court et de payer le prix d’une coupe pour homme. Pour ma part j’ai les cheveux bien plus courts que certains hommes. Et j’en suis arrivÈe ‡ me couper les cheveux seule en investissant dans une tondeuse.
    Pour se qui est des toilettes . «a fait longtemps que je ne fais plus la queue. DÈj‡ c’est rare quand je vais aux toilettes dans les lieux publics mais quand Áa m’arrive je cherche toujours le chemin le plus court ^^

  • anacoluthe 9 mars 2011 at 14 h 28 min

    Je fais pareil, je vais chez les hommes, mais mes filles trouvent que « c’est trop la honte » !!
    Et aux USA – o˘ ils sont dÈcidÈment en avance sur tout ! – ils ont inventÈ le concept de « family room » en plus de celui des hommes et des femmes : pipi en famille, yes we can !

  • Fabienne 9 mars 2011 at 18 h 04 min

    Les messieurs vont plus vite aussi parce qu’ils peuvent se soulager illico presto ‡ l’urinoir.
    Bon, je vais aussi toujours trËs placidement chez ces messieurs et n’ai jamais eu la moindre remarque. Mes filles, elles, n’osent pas: encore un merveilleux bÈnÈfice de l’‚ge!
    Pour « pisseuse », je me demande si ce n’est pas pour beaucoup synonyme de « pleureuse ». J’ai parfois entendu dire: »Pleure, tu pisseras moins! » – ÈlÈgant, isn’t it? – et je pense que c’est peut-Ítre en rapport avec le fait que nous nous « l‚chons » plus facilement que ces messieurs, souvent plus coincÈs cÙtÈ Èmotions… Une hypothËse.

    • Muriel Gilbert 11 mars 2011 at 22 h 56 min

      @ Jorgia : J’ai l’impression que toutes ces dames qui font la queue ne font pas partie de mes lectrices ! Bravo 🙂
      @ Anacoluthe : Trop forts en cabinets, ces Ricains. C’est aussi chez eux que, dans certains Etats, il est obligatoire de prÈvoir le double de toilettes pour dames.
      @ Fabienne : Tu es une philosophe, une sage parmi les sages des toilettes.

  • the parisienne 13 mars 2011 at 20 h 53 min

    j’aime quand tu abordes les vrais sujets de sociÈtÈ ! Et quant au fait que les femmes passent deux fois plus de temps au vÈcÈ que les hommes, n’y aurait-il ps un lien de cause ‡ effet avec l’ÈlÈmÈnet factuel que tu Èvoques : il y a toujours du savon cÙtÈ homme …

    • Muriel Gilbert 14 mars 2011 at 15 h 41 min

      @ la parisienne : j’aime quand tu reconnais mon indispensabletÈ.

  • Carole Nipette 13 mars 2011 at 23 h 00 min

    Áa m’arrive d’aller chez les hommes mais je ressors souvent tellement c’est crade et mouillÈ par terrre!
    sinon quand mÍme ya des nanas qui mettent 5mn pour faire pipi, c’est abusÈ!

    • Muriel Gilbert 14 mars 2011 at 15 h 42 min

      @ nipette : des fois elles ont plein de trucs ‡ faire, c’est Áa qui est injuste… Genre cinq jours par mois, par exemple.