Mon fils, il veut pas faire l’amour

Mon fils, il veut pas faire líamour. Cíest ma bru qui me lía dit hier. Il faut prÈciser que, jusque-l‡, nous nous entendions trËs bien, ma belle-fille et moi, une vÈritable complicitÈ, ce qui mÈrite díÍtre soulignÈ puisquíil paraÓt que cíest rare. JíÈtais peut-Ítre la seule belle-mËre adorÈe par sa bru, mais bon, vous voyez bien que Áa existe.

Enfin, cíest ma future, seulement, parce quíils ne sont encore que fiancÈs, mon fils et elle. «a níavait pas líair de trop la perturber, elle rigolait en me claironnant cette information. Jíai quand mÍme appris quíelle le trompe avec Matthias, mais cíest juste pour faire líamour. Mon fils est au courant. «a ne le dÈrange pas. Il ne fait pas semblant díÍtre indiffÈrent, Áa ne lui fait ni chaud ni froid, du moment que cíest lui quíelle aime. La nouvelle gÈnÈration, vraiment, jíadmire.

Moi, pour rÈpondre quelque chose, jíai rÈtorquÈ quíil Ètait peut-Ítre un peu jeune, que Áa viendraitÖ

– Mais on a le mÍme ‚ge ! síest insurgÈe Elodie. MÍme que cíest pour Áa quíon est des amoureux !

Cíest vrai quíils ont le mÍme ‚ge : ´ 5 ans presque et demi ª tous les deux, mais chacun sait que les filles sont plus prÈcoces, plus m˚res que les garÁons.

Entre nous, je me demande mÍme de temps en temps si les enfants ne sont pas plus m˚rs que les grandes personnes : essayez donc de demander ‡ un adulte pourquoi il est amoureux díun autreÖ Invariablement, la rÈponse dÈbutera par un silence sidÈrÈ, suivi díun ´ Je ne sais pasÖ ª, lui-mÍme prÈcÈdant une ÈnumÈration de qualitÈs qui caractÈrisent la plupart des amis du spÈcimen interrogÈ, donc níexpliquent en rien líapparition du sentiment amoureux. Bref, il ne sait pas.

Mais revenons ‡ nos enfantsÖ Depuis cet aveu de ma bru, il y a quand mÍme un truc qui me turlupine, je vais vous expliquer. Mon fils, avec qui jíentretiens Ègalement des rapports relativement Ètroits, míavait dÈj‡ appris ses fianÁailles, avant les vacances, non sans regretter ce dÈfaut de la promise : elle voulait ´ tout le temps faire líamour ª.

L‡, je líavais pris sur mes genoux et, aprËs avoir respirÈ un bon coup, je lui avais demandÈ, líair de rien, ce que cíÈtait que ´ faire líamour ª Comprenez-moi bien : je savais que je níen Ètais pas ‡ devoir lui dÈtailler les atouts du latex, mais justement, je tenais ‡ míinformer. (Si mon fils mía appris un truc, cíest que, dans la vie, il ne faut jamais Ítre trop s˚r de rien. Et surtout pas de lui. Cíest un petit gars qui míÈtonnera toujours.)

Donc, avant tout, síinformer, líair de ne pas y toucher. RÈsultat : faire líamour, cíÈtait síembrasser sur les lËvres au lieu de sur la joue. Ah bon. Mais depuis la rentrÈe, justement, chaque soir, quand je rÈcupËre mon hÈritier dans sa classe de maternelle, jíai remarquÈ quíil dÈpose un bÈcot sur la bouche en cúur de sa fiancÈe. Et síil fait mine díoublier, croyez-moi, elle ne se gÍne pas pour le rappeler ‡ líordre. Jíen avais conclu, naÔvement, que cette dÈbauchÈe díElodie Ètait arrivÈe ‡ ses fins.

Mais hier, en Ècoutant ma bru, líatroce rÈalitÈ míest apparue : ‡ líÈcole maternelle EugÈnie-Cotton, ´ faire líamour ª, ce níest pas seulement un petit baiser sur les lËvres, comme me líavait racontÈ mon fils. Depuis hier, je sais quíil mía menti, que la confiance entre nous, cíest fini, ‡ se demander si je suis encore sa mËreÖ En tout cas, je ne sais toujours pas ce quíils appellent faire líamour. Si Áa se trouve, Áa veut dire mettre la langue dans la bouche de líautre, ou lui montrer sa culotte, ou pire que je níose mÍme pas imaginerÖ

Je suis bien contente que mon fils ne veuille pas. Lui au moins, níest pas un dÈpravÈ. Ce qui est s˚r, cíest que je míopposerai formellement ‡ ce mariage ! Enfin, vous líaurez compris, la prÈcieuse complicitÈ qui míunissait ‡ ma belle-fille a volÈ en Èclats hier ‡ líheure du go˚ter, sous le perfide pavÈ de la trahison. Je dois me rendre ‡ líÈvidence : la sagesse populaire avait raison. Les relations belle-mËre/bru sont un long chemin semÈ de ronces, de tessons de bouteilles et de clous rouillÈs. Mais vous Ítes tÈmoins : ce níest pas moi qui ai commencÈ !

A part Áa, jíai un autre truc ‡ vous raconter.

Jíai une copine, sa fille a 8 ans. LíannÈe derniËre, Maya aussi avait un amoureux, un gars dont toutes les filles de la classe Ètaient amoureuses, mais lui, il níaimait quíelle. Un jour, sa maman a demandÈ ‡ Maya pourquoi, ‡ son avis, elle Ètait líÈlue. ´ Cíest facile, a-t-elle rÈpondu, cíest parce que moi, je fais semblant que je líaime pas. ª

La nouvelle gÈnÈration, vraiment, elle manque pas díavenirÖ

Allez, salut, bande de parents !

© Muriel Gilbert

Lire aussi...