Lecture et écriture en Adolescie

–         Brzzz… brzzz… bzrbzrbzr…
C’est quoi, ce zarbi tintouin ? Ah, oui, mon téléphone, constate-je, me retournant en fermant le frigo d’un adroit coup de fesse. Reptile épileptique, l’appareil tournicote en sautillant un genre de danse de Saint-Guy pour table de cuisine. Sans songer à répondre, je l’observe, fascinée, entourée des sacs plastique à demi vidés du butin de mon expédition hebdomadaire chez Casifour Marquette.
Il y a quelques jours, mon héritier high-tech a mis en place la fonction vibreur que j’avais la flemme de chercher dans le mode d’emploi de 127 pages livré avec le zinzin voici près de deux ans. Ou trois. C’est plus discret, vibreur. Tellement discret que, dans mon sac, je l’entends pas. Dans la poche, en revanche, c’est rigolo, on dirait que ton voisin d’ascenseur te fait des chatouilles. Mais sur la table, je découvre que c’est encore plus chouette. Un nouvel animal de compagnie. Il en faut peu pour être heureux.

Oup-là ! Emergeant de ma contemplation, plongeant façon gardien de but, je me saisis du téléphone qui, à force de gigoter, vacillait au bord de la table. Voyons, qu’est-ce… ah, tiens, un SMS : « Apel moi ».
Aïe aïe aïe, ma belle humeur défaille. Cette orthographe catastrophique, c’est évidemment l’héritier. A se demander s’il a fait le moindre progrès depuis le premier message écrit qu’il m’a adressé, au gros stylo-feutre appliqué, sur toute la largeur d’une feuille A4, voilà maintenant… pfffui… plus de dix ans. « Je tem plu », ça disait. A l’époque, je m’étais davantage intéressée au fond qu’à la forme, je dois dire. Et à 6 ans, forme comme fond, c’était assez bien trouvé.

J’apel

Bon, j’apel. C’est pas parce que la forme est faible que je dois abandonner mon poste. Ce que c’est que le dévouement d’une maman. Appelle-la au secours, même avec des tas de fautes d’orthographe, elle dégainera toujours son téléphone.
–         Allô… ah, M’man, t’sais, j’ai oublié de te dire, euh, Stephen, là, il vient de m’y refaire penser, pour le cours de français de lundi, il faudrait que j’aie Les Femmes savantes. De Molière.
–         Je sais de qui c’est. Ecoute, je rentre des courses, je vais pas y retourner maintenant. Je te donnerai de l’argent lundi matin, et tu te l’achèteras à la librairie en allant au lycée.
–         Ben, mais c’est quand que j’aurai le temps de le lire, moi ?
–         Elle vous l’a demandé quand, la prof de français, dis-moi ?
–         Boh, ché pas, ya quelques jours. Mais j’ai oublié de te le dire, voilà.
–         Quelques jours ?
–         Semaines, peut-être. Tu peux me l’acheter, s’te plaît, M’man, lundi, on a contrôle !
Bon. Après tout, lire c’est ce qu’il peut faire de mieux pour améliorer son orthographe, non ? Allez, je me pousse. Mais pas question que j’y aille seule. On prend rendez-vous devant la Fnac.
–         Oh c’est trop bien, M’man, il est tout fin, le bouquin, pis ya plein de blanc ! Je l’aurai fini lundi.
La vie est belle.

Dans le métro du retour, miracle, il lit. Mon fils à moi lit. Si ça se trouve, il va apprendre l’orthographe de quelques mots, sans le faire exprès. Je suis à peu près certaine qu’il n’a pas lu Candide, le premier livre que la prof a demandé cette année et que j’ai feuilleté l’autre jour en tombant dessus par hasard. Certaines pages étaient si bien collées entre elles qu’il était hautement improbable que quiconque l’ait jamais ouvert avant moi.
–         Mais si, je l’ai ouvert, ouh là là, mais j’ai pas tout lu, voilà, j’ai sauté des pages, c’est tout.
–         As-tu lu un seul livre en entier, cette année, dis-moi ?
–         Je lis sur Internet toute la journée !
–         Un livre ! Sur Internet, la moitié des pages sont pourries de fautes !
–         Ben… j’ai lu plusieurs fois le livre de programmation que tu m’as acheté à Noël. Pis ya des livres que moi je lis et que toi tu lis pas.
–         Ah tiens ? Et quoi, par exemple ?
–         Ben le mode d’emploi de ton téléphone, par exemple, rigole-t-il, triomphant, avant de se replonger dans son Molière.
Oui.
Comme quoi, il sait lire. Finalement, ya de l’espoir : il ne lui reste plus qu’à apprendre à écrire.
Allez, salut, bande de parents !

© Muriel Gilbert

 

Lire aussi...

  • Béatrice 17 mai 2012 at 9 h 41 min

    Grand Mec N°2 n’a rien compris à Candide ; en lisant une page sur deux c’est un peu normal faut dire …..

  • Marc BALLAN 17 mai 2012 at 9 h 50 min

    Muriel, ch’tadore

  • MamyS 17 mai 2012 at 10 h 07 min

    Rire dès le matin… Rire grâce à la lecture……… Du petit lait pour une prof de français!….. L’est bien c’t enfant!

    • Céquiaile 17 mai 2012 at 14 h 45 min

      C’est quand même pas vous qu’avez organisé le pompage gratos d’une chronique pour l’épreuve du brevet des collèges tellement vous êtes fan?

  • Dame Petunia 17 mai 2012 at 11 h 21 min

    Je me sens solidaire… Pas sur l’orthographe, mais sur les choix de lecture imposés par les profs !

    J’avoue sans honte (ou un peu) ne pas du tout connaître les classiques de la littérature et le seul bouquin qu’une prof aie réussi à me faire lire était « Le mystère de la chambre jaune » (évidemment, tu connais l’auteur !)

  • Muriel Gilbert 17 mai 2012 at 15 h 57 min

    @ Béatrice : Peut-être que s’il collationnait ses connaissances avec celles de l’héritier, à eux deux, ils arriveraient au bouquin complet ?
    @ Marc : J’adore quand ya un peu de gars sur ce blog 😀 Merci Marc !
    @ MamyS : N’est-ce pas ? C’est moi qui l’ai fait 😀
    @ Céquiaile : Tiens tiens, une piste à creuser…
    @ Dame Petunia : DSK ?

  • dominimes 17 mai 2012 at 18 h 33 min

    Il n’a pas tord, c’est plus facile (et plus sympa) de lire les Femmes savantes que le mode d’emploi du téléphone !

  • Poulette Dodue 17 mai 2012 at 19 h 45 min

    Kwa tu parl pa couramen sms ???
    han lol PTDR XD !!!!
    Beurk ! Des ados passe encore, mais les adultes qui font des sms comme ça , ça me grrrrrrrrrrrrr !

  • Tatave 17 mai 2012 at 22 h 31 min

    DDSK la saumure tu veux dire ?

    Petit avis à la « tôlière  » : n’étant ni carrossiere, et ne travaillant pas la tôle en général , puisque tu es la tenancière de ce blog tout rose, je t’en verrais plutôt la taulière ?

    Vivement lundi …

  • Angie91 18 mai 2012 at 9 h 42 min

    Mdr!! Les miens étaient comme ça!! Je te rassure, ils ont fini par savoir écrire puisqu’ils enseignent aujourd’hui!! J’ai reçu un jour un texto du genre « M’man il fo qu’j’ail chez X se swar » Et j’ai répondu « Téléphone moi, j’ai un problème, mon téléphone inverse les lettres de ton message! » Gros bisous!

  • Muriel Gilbert 18 mai 2012 at 9 h 48 min

    @ Dominimes : Je le reconnais, il a eu beaucoup de mérite sur ce coup-là.
    @ Poulette : 2pui gé fé dé progré, tu trouve pa ?
    @ Tatave : La vache, tu m’as fait peur, j’ai couru à mon Larousse. Et pis non. « Taulier » et « tôlier » sont les deux orthographes admises pour les patrons d’hôtel ou d’entreprise. Ouf. Ah, tiens, petit teasing pour lundi : on va causer mouche, yoga et FN.

  • Muriel Gilbert 18 mai 2012 at 9 h 49 min

    @ Angie : Bien vu, ta réponse 😀

  • FoxyMama 18 mai 2012 at 11 h 09 min

    rah c’est terrible cette nouvelle orthographe alternative, ça me fait me sentir vieille

  • missrelie 21 mai 2012 at 14 h 06 min

    héhé
    il doit aussi lire des bd non?
    moi il me tarde qu’elle sache lire!! elle a 5ans et demi!! lol

  • Muriel Gilbert 21 mai 2012 at 18 h 21 min

    @ FoxyMama : Les lardons semblent être destinés à nous faire sentir vieilles !
    @ MissRelie : Oui, quelques BD aussi, alléluia 😉

  • fannette 24 mai 2012 at 9 h 37 min

    🙂 L’important dans la lecture c’est ce qu’on y trouve : pour certains du plaisir, pour d’autres du pratique et il arrive que certains même y trouvent les 2 mais c’est plus rare! Pour ma part, je me situe dans la première catégorie et lire pour le côté pratique, ben pfff j’aime pas (en effet tous les modes d’emplois me semblent un truc horrible, genre choux de bruxelle!) et puis allez, on va le dire, la lecture n’est pas synonyme d’une bonne orthographe, sisisi!!

  • Muriel Gilbert 24 mai 2012 at 23 h 21 min

    @ Fannette : Je retiens l’idée d’une chronique sur les avantages comparés du mode d’emploi et du chou de Bruxelles 😀