Laponie : voyage au pays de la neige qui croutche

 

Habitante et tant du siècle numéro 21, telle que tu me vois là, avec mon nez rouge et mes lèvres gercées, je rentre tout juste de Laponie.

La quoi ?

Laponie.
Ce machin tout blanc là haut, direction pôle Nord.

Quelle idée d’aller aussi loin se geler les joues du fondement quand l’Hexagonie te fournit à domicile un hiver de neuf mois par an ? Ben tiens, l’idée, c’est que les voyages forment la quadragénesse, et que ma soif de découverte est inextinguible, voilà l’idée.

Du coup, qui c’est qui va s’offrir aux frais de la princesse presque rose un voyage éducatif express au pays du Père Noël ? Voiiiilà. Alors on se réjouit, on s’installe et on écoute tata.

 

J’aurais préféré les Seychelles

Donc, c’est vrai, comme tu disais, la Laponie , c’est froid (entre – 12°C et – 20 °C quand j’y étais). Ce qui ne manque pas d’une certaine logique, vu que c’est au-dessus du cercle polaire – c’est justement pour ça que je voulais aller aux Seychelles, mais mon gentil comité d’entreprise, il proposait Laponie. Et comme j’étais en retard d’un ou deux cadeaux d’anniversaire à l’Héritier, gaga de glisse et de Grand Blanc…

Lapones et chien laponMais revenons à nos Lapons. La Laponie, vu que je suis fortichissime en géo, je croyais que c’était un genre de pays. Ben nan. C’est un genre de région géante, qui s’étale sur plusieurs pays. Des Lapons, yen a au nord de la Norvège, de la Suède, de la Russie et de la Finlande, contrée sur le sol glacé de laquelle nous posâmes nos MoonBoots givrées dans un délicieux « croutch » de neige écrasée.
D’ailleurs, « croutch, croutch, croutch », pendant une semaine, chacun de nos pas a produit ce fameux « croutch ». C’est bien simple, quand tu te balades à plusieurs, « croutch X 6 », par exemple, tu t’entends plus grelotter.
Le secret de ce « croutch » permanent, si tu veux mon avis, c’est le froid : jamais la neige elle se transforme en glace, elle reste neige qui croutche. Tu peux pas faire une boule de neige, ça retombe en poussière de neige fraîche. J’ai pas vu un stalactite de glace : jamais ça fond, donc ya pas cette petite goutte d’eau qui regèle pour stalactiter.

Pompiste molletonné et renne fumé

Pour lutter contre le froid, évidemment, c’est trois couches obligatoires, dont une sursalopette de pompiste molletonné du plus bel effet, des grolles de chantier de construction d’igloo et des moufles en peau de zébu – pas des gants, parce que les doigts, faut qu’ils se tiennent chaud en se serrant les uns contre les autres, comme un troupeau de pingouins. Si tu oublies ton bonnet dans ta chambre, tu as l’impression que ton crâne rétrécit d’un coup et que, si tu te dépêches pas d’aller le chercher, ta cervelle va sauter en l’air après une implosion plus ou moins gore.

Trois couches de chaussettes et des grolles de chantier de construction d'igloo

Du coup, en Laponie finlandaise, c’est pas surpeuplé. Il y a plus de rennes que d’humains. Les humains essaient sans succès de faire pencher la balance de leur côté en bouffant du renne à tous les repas. J’ai participé à la lutte, à coups de renne bouilli, de renne sauté, de renne grillé, de soupe de renne fumé au fromage, de soupe de renne nature et de re-soupe de renne.

Renne lapon à gros nez

Le renne, comme goût, on dirait du bœuf qui a dormi un peu trop longtemps avec un sanglier. Comme bouille, c’est un gros nez glouton, ça bouffe du lichen à qui mieux mieux – bref, je te conseille plutôt de le nourrir que de t’en nourrir. Ah oui, j’ai aussi participé à faire pencher la balance côté humain contre les gousses d’ail et l’oignon marinés. J’en ai mangé à chaque petit déj – tu veux un bisou ?

 

Le défi du mouflage

Pour rester rayon gastro (nomie), en Laponie, des fois tu as du mal à porter à ta bouche la cuillère de soupe au fromage et au renne fumé. C’est l’épaisseur de ta combi grand froid, sur tes deux polaires, ton Damart et ton tee-shirt en pilou, qui t’empêche de plier le coude.

Mais le plus grand défi, c’est le mouchage. Evidemment, à – 20 °C, tu te vidanges l’appendice nasal en moyenne 23 fois à l’heure (d’où la nuance carmin du mien). Ouais, mais avec des moufles en peau, ça relève de l’utopie. Donc tu les enlèves. Et pendant que tu te mouches, tes doigts glaçonnent. Quand tu remets tes moufles, c’est comme si tu avais des pelotes d’épingles dedans. Et rebelote – et re-pelote – trois minutes plus tard.
Depuis mon retour, et dans la perspective d’un éventuel prochain séjour en Laponie, je m’entraîne à me moufler (« mouchage avec moufles » en lapon). Tu y arrives, toi ?

© MurielGilbert.com

 

 

 

 

Lire aussi...

  • Béatrice 25 avril 2013 at 11 h 55 min

    Voyage de rêve … !!!! 😉
    Ceci dit, ça plairait énormément à l’Homme qui n’aime pas la chaleur.
    Pour le mouflage, j’essayerai l’hiver prochain, j’ai (enfin) rangé les moufles !!!

  • Mulautre 25 avril 2013 at 12 h 17 min

    J’adore le mouflage !!! Quelle belle expérience… manque juste une photo de l’Héritier emmitouflé !

  • Lydie 25 avril 2013 at 13 h 46 min

    Mon frère avait gagné un voyage en Finlande avec un de ses anciens employeurs. Il a toujours les yeux qui pétillent quand il reparle de son séjour là-bas !

  • Ghislaine 25 avril 2013 at 15 h 17 min

    Merci d’avoir partagé ce beau voyage avec ce très bon texte si imagé. Ce n’est pas une destination pour moi, car pour les rennes, je crois que j’aurais tout le temps pensé à ceux du Père Noël lol !!! puis c’est trop froid et je suis nulle en mouflage.

  • Mme Statler 25 avril 2013 at 21 h 24 min

    Ahhh la Laponie j’y suis allée lors de mon séjour Erasmus en Finlande
    un cottage perdu au milieu de nulle part, un froid glacial, se réchauffer dans le sauna et se mouiller les pieds dans la neige!
    ahhh la Laponie
    Merci pour cette carte postale!

  • Odile 26 avril 2013 at 8 h 54 min

    Franchement c’est un peu facile de bouffer du renne, juste parce qu’il y en a tout plein dans le coin. Et y a pas de Carrefour, pour manger normalement? C’est comme si nous autres, gens du sud ouest, faisions rien qu’à manger du magret sous prétexte qu’il y a plein de canards. En plus c’est drôlement chou un renne, t’as bien vu sa bobine.
    Brigitte Fardot (la vraie, rien à voir avec le machin décrépi qui crie dans le poste) (croutch).

  • gilbert 26 avril 2013 at 10 h 45 min

    Brrrrr, comme dirait « Picard », ça fait froid dans le dos!

  • Fabienne 26 avril 2013 at 16 h 48 min

    Moi, la Laponie j’y suis allée à vingt ans, en été, il faisait très friquet quand même, il n’y avait pas de neige, la terre avait une toute petite couverture de lichen marron et les gens étaient plutôt pas gais, les bars remplis de messieurs à la mine lugubre… Mieux vaut y aller en hiver, je crois!…

  • Fabienne 26 avril 2013 at 16 h 50 min

    Non, friSquet, et comme j’étais pas friquée, on allait dans des hôtels tristounes, bon j’arrête!

  • Vivi 26 avril 2013 at 22 h 02 min

    La neige croutche en Laponie ? J’aurais pourtant juré qu’elle scrounchait.

  • Ktie 27 avril 2013 at 11 h 53 min

    Genial! Pour le cri de la neige que l’on piétine chui ok , mais ça passe pas très bien le renne dans l’assiette… Bon , t’as ben d’la chance de voyager !
    PS: note ma nouvelle adresse et gros bisous . 🙂 Ktie

  • les cafards 27 avril 2013 at 12 h 29 min

    tu nous vois nous, pauvres petites bestioles, en train de « croutcher » et geler illico de toutes nos papattes ? Sans dec, une de nos collègues a fait un séjour en Laponie et en est revenue ravie !
    PS (si on ose encore dire) : humour toujours ravageur ! Quel gâchis monsieur Val de ne pas profiter de ce talent ! Bizzz et à croutchhhhh

  • Mali 27 avril 2013 at 18 h 00 min

    La Laponie fait partie de ces destinations de rêve dans lesquelles je veux à tout prix voyager !

  • Céquiaile 27 avril 2013 at 20 h 17 min

    T’as de la veine, t’as échappé aux moustiques. Comme ils (enfin ELLES, comme toujours!) ont très peu de temps pour faire se reproduire l’espèce (sans se questionner un instant sur l’opportunité de la susdite) elles vampirisent tout quidam – fût-il humain et pas renne – à sang chaud. T’imagine un peu? Rouge de partout, pas que du nez ET boursouflée en prime.
    Donc infréquentable l’été et les 10 mois d’hiver aussi: pas étonnant qu’y ait surtout des rennes à qui on a surement refusé le passeport! (sauf IKEA?)
    Mais la nullité c’était d’y partir en MARS! Juste quand où on pouvait enfin espérer que ça allait s’arranger sous nos latitudes!
    Bon continue qd même à nous raconter, on se lasse pas de tes lisse-poires.

    • Céquiaile 27 avril 2013 at 20 h 20 min

      Rq: euh… Région infréquentable l’été et pdt les 10 mois d’hiver… Pas toi…

  • Muriel Gilbert 28 avril 2013 at 15 h 50 min

    @Béatrice : Puis-je me permettre de te conseiller de les ressortir, les moufles ? Il faisait 4 degrés à Paris ce matin ! (et tu pourras t’entraîner au mouflage)
    @Mulautre : L’Héritier, j’ai cru comprendre qu’il voulait se faire discret, photographiquement parlant. Remarque, bien emmitouflé…
    @Lydie : Moi aussi, ils pétillent. De froid ou de joie, je sais pas.

  • Muriel Gilbert 28 avril 2013 at 15 h 58 min

    @Ghislaine : C’est vrai que c’est difficile de ne pas manger de renne, mais ya aussi pas mal de saumon. Ch’est bon !
    @MmeStatler : Alors les pieds dans la neige froide j’ai fait, mais AVEC les godasses.
    @Odile : Tu as raison, ça me faisait mal au coeur de les bouffer (d’autant plus qu’ils ne sont pas très bons) mais je suis une verte molle.
    @Gilbert : Et encore plus aux pieds et aux mains !
    @Fabienne : C’est le pays de l’hiver, ouais, je pense que c’est mieux… surtout si on s’y caille aussi en été.
    @Vivi : Alors là ça dépend. Jusqu’en février, elle scrountche. Ensuite, elle croutche. Après, elle fond.
    @Ktie : D’acc avec toi pour le renne dans l’assiette… et la chance de voyager. C’est grâce à ce gentil comité d’entreprise que j’ai. J’en profite !
    @Les cafards : Qu’il aille se geler le Val en Laponie, tiens !
    @Mali : Bienvenue dans ce rose pays-ci, en attendant, et je te souhaite de réaliser ce rêve au plus vite 🙂
    @Céquiaile : 10 mois d’hiver là-bas, 9 mois ici, c’est quasi même combat… on a un peu moins de moustiques en été, peut-être ?

  • Chou 28 avril 2013 at 16 h 04 min

    Muriel, la femme qui fait croutcher la neige… punaise, si c’est pas un titre de gloire !
    Par contre, euh, Muriel, la femme qui morvemoufle, c’est moyen, je trouve ! ;o)

  • Muriel Gilbert 28 avril 2013 at 16 h 32 min

    @Chou : Ouais, ben une fois que t’auras visité la Laponie, on en recausera de ce qui est élégant, rayon morve et moufle.

  • anacoluthe 30 avril 2013 at 10 h 52 min

    C’est marrant, depuis quelque temps, à forcez de voir mes collègues blogueuses en Finlande, j’avais presque comme des envie de Grand Nord pour els vacances (chose pourtant absurde quand on habite à l’année le Nord en version petit). Grâce à ton hilarant texte, j’ai compris l’envers du décor Instagram… Je vais y réfléchir à 2 fois !

    • Muriel Gilbert 1 mai 2013 at 15 h 02 min

      @Anacoluthe : Je l’ai dit, j’aurais préféré Seychelles, mais enfin c’était magnifique quand même. Mais froid. Mais croutch.

  • Nanou 3 mai 2013 at 1 h 24 min

    Hello, je suis viendue aussi! J’ai une bonne amie qui a « fait » la Laponie en décembre avec sa fille de 5 ans, et elle a A-DO-RE. Je ne suis donc pas étonnée de ton enthousiasme. Moi je crois que c’est surtout le froid qui me gercerait le cul (haha!). faut dire que je suis un peu chiante: je supporte pas trop chaud (25° c’est le max) mais pas trop froid. Quoique je préfère le froid qui mord au froid qui fait grelotter, et là je crois que c’est laponne catégorie (ah! J’ai avalé un clown aujourd’hui!)

  • Muriel Gilbert 3 mai 2013 at 17 h 20 min

    @Nanou : Bienvenue en ces roses lieux ! Justement, tu parles de froid qui gerce le cul… moi aussi, dans ma chronique fraîche du jour. J’avais pas réalisé que je suivais un fil logique et glacé, des derniers temps.

  • mia 30 mai 2013 at 1 h 08 min

    Pas étonnant que tu te sois autant mouchée , tu avais oublié l’accessoire pas du tout accessoire et totalement indispensable : un masque pour t’empêcher d’avoir le nez gelé ou en tout cas totalement brûlé par le froid (quand j’y suis allée, c’était un mois de décembre doux mais avec -25º)
    http://www.asmc.de/images/product_images/popup_images/20561_1.jpg
    Le plus, c’est qu’au retour, tu continuer à l’utiliser, pour faire un casse par exemple et te payer un voyage aux Seychelles. 😉