Muriel 1, petits suisses 0

Dans la vie, vingt et unième sièclienne ou ien, faut le reconnaître, ya des trucs qui te pourrissent la vie. Je te parle pas des vraies tuiles – que pourtant, Dieu m’est témoin, et tout… -, nan, je veux dire des trucs anodins, des riens du tout qui devraient pas t’atteindre, sur ton gazeux stratocumulus de sagesse, et qui pourtant, à chaque chienne de fois qu’ils se produisent, te font grincer d’agacement les poils sur les bras et te hérissent les dents du fond. Raisonnablement tu te dis « ne déchire pas ta chemise, ya pas peste bubonique en la demeure, cool man ». Et pourtant tu es près de hurler de contrariété. Tu vois pas ce que je veux dire ? Me fais pas rigoler.

Le rouleau de PQ, c’est toujours toi qui le changes

Le moustique perdu qui bzz à ton oreille dès que tu t’assoupis dans la chambre d’hôtel au plafond à 4,50 m de haut, sur lequel il se pose à chaque fois que tu rallumes pour le guetter, debout sur le lit défait, tong rose au poing, tu connais pas ?

Le quinqua harley-davidsonisé qui avarie l’environnement sonore le dimanche à l’heure de la sieste ? (T’as remarqué que c’est jamais des jeunes, sur les Harley ? C’est le retour d’âge qui leur fait ça, midlife crisis on dit. L’équation, c’est : + de bide, – de cheveux, + de pognon = Harley Davidson.)

La feuille de papier A4 qui te lacère le doigt, ça fait un mal de chien, mais la blessure est si fine et ridicule que si tu chouines, tout le monde rigole ?

La lumière du salon qui s’allume jamais quand tu appuies sur le bouton vu que c’est un va-et-vient mal foutu et qu’il faut que tu ailles allumer le lampadaire dans le noir à l’autre bout de la pièce, non sans risquer un douloureux cognage d’orteil ?

La banque, où ils t’ont encore changé le banquier au bout de deux ans, juste quand tu commençais à te souvenir de son nom ?

Le rouleau de PQ que c’est toujours toi qui le changes ?

Et les petits suisses ?

Tu Louis-de-Funesses de rage

Les petits suisses, je viens de retomber dedans, me demande pas pourquoi, j’ai une vie privée moi aussi non mais oh. J’adore les petits suisses, mais j’avais dû y renoncer voici pas mal d’années, avec beaucoup de volonté et quelques patchs, parce que leur démoulage me provoquait des épanchements de synovie mentaux.

Tu t’apprêtes à déguster deux appétissants désirables alléchants prometteurs tentants cylindres immaculés 20 % de matière grasse, 3,6 % sur matière sèche (je les mange toujours par deux, et toi ?), tu soulèves l’opercule métallique, tu retournes l’emballage au-dessus de ton assiette à dessert favorite. Et il se passe quoi ?

Rien. Que dalle. Nenni. Néant.

Quelques gouttes d’eau douteuse choient avec réticence. Tu secoues. Gouttes again. Attention à ton tee-shirt propre. Au bout de trois minutes d’agacement croissant et de secousses accélérées, l’un de ces deux fromages ridicules tombe dans l’eau sale, ploutch intégral tee-shirt pantalon noir, aaargh – j’avais prévenu !

Ne lâche pas la rampe, ya encore le papier. Tu en saisis l’extrémité en essayant de ne pas t’en mettre plein les doigts, tu t’en mets plein les doigts, et un quart du suisse reste collé à sa petite feuille humide. Tu pestes, tu colères, tu désespères, tu Louis-de-Funesses de rage, tu essaies d’en récupérer le maximum dans l’assiette, goinfre que tu es, et tu t’en remets jusque sous les ongles. Ne t’essuie pas les doigts, il te reste un deuxième petit suisse à accoucher. Bref, le yaourt nature était plus sain pour ma santé mentalo-cardiaque. Mais voilà. Comme je t’ai déjà avoué plus haut, pour des raisons qui ne regardent que moi, j’ai replongé.

Et c’est ainsi qu’hier soir, en fin de repas, j’en étais aux préliminaires de la démarche (secouage frénétique avec juste quelques gouttes qui tombent) quand l’héritier intervint.

– Maman, tu fais quoi ?

Les petits suisses du Lac des cygnes

Il me prend l’emballage des mains, le retourne, hop, hop, deux magnifiques cylindres parfaitement symétriques apparaissent gracieusement l’un après l’autre, Lac des cygnes style. Whaaaat ? Il repousse l’assiette vers moi et fait mine de s’en aller.

– Comment tu fais ça ?!, éructe-je, le retenant par le bras, le regard halluciné de celle qui vient de voir la Sainte Vierge soi-même en pointes et tutu blancs apparaître dans son assiette à dessert.

– Ben je fais entrer de l’air en appuyant avec mon pouce en bas de l’emballage retourné, je laisse monter l’air jusqu’en haut du suisse, et voilà, il descend.

– Nan ?

Figure-toi que ça marche. J’ai essayé sur tous les spécimens que j’avais dans le frigo. J’y arrive. Je te jure.

Einstein. Mon fils est Einstein. Je l’ai toujours su, la preuve éclate désormais à la face du monde. Alléluia. 40 ans de souffrances arrivent à leur terme.

– Eh, attends, t’as pas un truc contre les moustiques au plafond ?

Fais des enfants, vingt et unième sièclienne ou ien, et fais taire les incrédules qui disent que ça sert à rien. Et surtout, surtout, mange des petits suisses.

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • LÈonie Canot 9 mai 2011 at 8 h 10 min

    Wao. Suis sidÈrÈe par cette technique.

  • PORCHERET 9 mai 2011 at 8 h 16 min

    Voil‡ une bien jolie chronique qui me donne le sourire dËs le lundi matin !
    C’est drÙle, parce que justement, j’ai failli en acheter la semaine passÈe aprËs des annÈes « d’abstinence »…
    Ca m’a rappelÈ aussi que, petite, ‡ la maison, notre chien mangeait le papier des Petits Suisses !
    Merci pour ce bain de jouvence – mÍme si l’eau est un peu sale – !

  • CÈcile 9 mai 2011 at 8 h 19 min

    Ah le lacÈrage de doigts with la feuille A4, je connais, cela m’arrive quasi une fois par jour !
    Et enfin gr‚ce ‡ toi, enfin surtout gr‚ce ‡ l’HÈritier, je vais enfin faire connaÓtre ‡ mes Fistons le plaisir de manger un petit suisse !! Merci, merci !!

  • annetribute 9 mai 2011 at 8 h 24 min

    whaouhhhh je vais tester parce que moi aussi j’adore les little suisses et je les mange aussi par deux!

  • Maman et bcp + 9 mai 2011 at 8 h 45 min

    ouhaouuu… vais de ce pas tester la technique !! moi aussi suis fan des ptits suisses !

  • Bernard 9 mai 2011 at 8 h 46 min

    Essaye de vendre ton truc ‡ Petits Gervais, il devrait inscrire Áa sur leurs emballages ‡ cÙtÈ de « ouverture facile »……..

  • Vinie 9 mai 2011 at 9 h 42 min

    Ah bah je ne connaissais pas la technique non plus… 😛

  • Robin L'hÈritier 9 mai 2011 at 10 h 09 min

    Le plus marrant dans l’histoire, c’est que je croyais que tout le monde le savait, moi…!

  • Mulautre 9 mai 2011 at 10 h 19 min

    hÈhÈ, trop fort l’hÈritier… Ils nous scotchent, hein, parfois ?

  • maman perdue 9 mai 2011 at 12 h 12 min

    Mes enfants plongent leur petites cuillËres dedans, c’est plus facile ! Mais je ne connaissais pas le truc du pouce. Ca devrait Ítre comme les tam-tams, avec la petite languette sur le fond pour dÈmouler plus facilement !

  • VÈra 9 mai 2011 at 12 h 31 min

    Et pour le brique de lait ou de jus de fruit avec fermoir ‡ vis, qui, quand il a bien voulu finir par se laisser dÈvisser, envoie un grand jet ‡ travers la cuisine mais pas dans ton verre, comment il fait, ton hÈritier ??

  • Filo 9 mai 2011 at 12 h 34 min

    Merci pour ce billet qui me fait hurler de rire, tout fort alors que mon fiston qui est l‡, se demande ce qui est encore arrivÈe ‡ sa pauvre mËre….
    Nan mais alors, le ptit suisse, c’est scientifique maintenant? Han didon j’en apprend des choses! ;))))

  • broisha 9 mai 2011 at 12 h 35 min

    j’adooore 🙂 trop fort ton fils

  • Colombe Linotte 9 mai 2011 at 12 h 53 min

    Voil‡ un article qui plairait dÈfinitivement ‡ mon voisin.

  • cranemou 9 mai 2011 at 12 h 56 min

    je dÈmoule tres bien, perso.(huhu)
    En revanche, la technique pour les moustiques, je prends!

  • anacoluthe 9 mai 2011 at 15 h 50 min

    Nan mais, ‡ lire ton Èmerveillement face au miracle de ton fils sur petit suisse, j’ose pas imaginer ce que Marie a dit ‡ JÈsus !!

  • BÈatrice 9 mai 2011 at 17 h 30 min

    Wahouuu la technique !!!! Faudra que j’essaye !

  • Angie91 9 mai 2011 at 18 h 40 min

    Mdr!! Je confirme p our les moustiques!! C’est horrrrible!!!! Chez moi il y a aussi les puces… Mes deux chats rentrent du jardin et s’installent tranquillement sur mon lit… Ils dorment mais les puces, elles, sont bien rÈveillÈes!! Et elles prÈfËrent venir sur moi… Grrrrr!!! Bisous mËre d’Einstein!!! Rire!!

  • the parisienne 9 mai 2011 at 18 h 54 min

    bon, j’avoue, j’aime pas les petits suisses mais l‡, je vais Ítre obligÈe de m’y remettre, juste pour tester cette technique infaillible ! Ca fait quoi d’avoir enfantÈ un gÈnie ? 😉

  • Poulette Dodue 9 mai 2011 at 21 h 08 min

    Et le flamby tu maitrises ???????????????

  • Muriel Gilbert 9 mai 2011 at 21 h 41 min

    @ LÈonie : Peut-Ítre que je devrais la publier sur le Food’n’Follasses, cette technique. Caisse t’en penses ?
    @ Porcheret : Un bain au petit suisse, Áa ne peut qu’Ítre bon pour la peau.
    @ CÈcile : Qu’ils nous en disent des nouvelles !
    @ annetribute : C’est meilleur par deux, hein ?
    @ maman et bcp+ : Alors, Áa a marchÈ ?
    @ Bernard : Tu crois, je la vends ? Je vole l’idÈe de l’hÈritier ? Naaaan.
    @ Vinie : Quand tu auras essayÈ, viens me raconter tes impressions…

  • pat 9 mai 2011 at 22 h 56 min

    Pour le moustique, c’est tout simple.Tu commences par acheter au monop du coin un Julot trËs trËs patient, voire obstinÈ comme un bouledogue, et qui plus que toi abomine, exÈcre,aborrhe,hait, dÈteste l’horrible « bzzz » qui te rÈveille en panique quand tu commences ‡ doucement glisser dans un sommeil oh combien satisfait. Ce julot la, il connaÓt toutes les ficelles pour te splatcher ton moustique au plafond, il peut rester des heures dans le noir , la main sur l’interrupteur, retenant sa respiration, le souffle court et des crampes dans les doigts. mais le moustique n’a aucune chance, et pendant ce temps , toi…. tu dors.
    cours l’acheter.

  • Muriel Gilbert 10 mai 2011 at 9 h 14 min

    @ L’hÈritier : Et en plus, modeste…
    @ Mulautre : ScotchÈe, collÈe, bouche bÈe.
    @ Maman perdue : Ah oui, mais pour les petits suisses nature, o˘ tu mets le sucre ?
    @ Vera : Je te laisse le lui demander… ya le lien vers chez lui dans le billet…
    @ Filo : Merci pour ce hurlement 😉
    @ broisha : Un vrai sorcier, hein ?

  • Muriel Gilbert 10 mai 2011 at 9 h 20 min

    @ Colombe : Fais-lui suivre l’adresse de mon blog. Peut-Ítre comprendra-t-il le message subliminal…
    @ cranemou : La technique pour les moustiques, lis le commentaire dÈtaillÈ de Pat, ci-dessus.
    @ anacoluthe : Marie Ètait une vraie mËre juive !
    @ BÈatrice : Tu m’en diras de nouvelles…
    @ Angie : Si tu essayais le collier antipuces (pour eux… et/ou pour toi !)
    @ The Parisienne : Chu fiËre comme un pou rose.
    @ Poulette : Le Flamby, c’est trop facile. D’ailleurs, ils auraient pu penser ‡ la languette sur les petits suisses…
    @ Pat : Il est dans quel Monop’ ? J’y vole !

  • Elisegudinna 11 mai 2011 at 13 h 34 min

    Manque plus que la vidÈo^^ 😉

  • Muriel Gilbert 11 mai 2011 at 16 h 16 min

    @ Elisegudinna : Tu as raison, j’y ai pensÈ… et j’ai eu la flemme ! En 3D, Áa aurait eu de la gueule.

  • catherine 11 mai 2011 at 20 h 31 min

    alors l‡, demain je replonge aussi!

    mon hÈritier ‡ moi m’a dit hier qu’il avait du mal ‡ boire son lait car il avait rÈalisÈ que c’Ètait… du sperme de vache… quand je pense qu’on en fait des petits suisses!!!

    • Muriel Gilbert 13 mai 2011 at 16 h 03 min

      @ Catherine : Beurk. Je suppose que c’est de l’info direct cour de rÈcrÈ, Áa.

  • Carole Nipette 13 mai 2011 at 16 h 13 min

    🙂 que je me retrouve dans la liste du dÈbut! pour les petits suisses non car j’en mange pas!
    Je ne peux pas dormir avec un moustique dans la mÍme piËce, je le traque jusqu’‡ la mort armÈe d’une tong… et d’une chaise si le plafond est trop haut!

    • Muriel Gilbert 13 mai 2011 at 18 h 29 min

      @ Carole : La chaise sur le lit, Carole, la tong, je vois bien l’Èchafaudage, mais fais gaffe quand mÍme, Áa tangue !

  • Fabienne 19 mai 2011 at 19 h 05 min

    Je suis Èmue par la brillante intelligence de ton fiston, tu as rÈellement enfantÈ un sage.
    Pour le moustique, j’ouvre la premiËre porte venue (salle de bains, toilettes, couloir) et j’allume la piËce correspondante. La chambre, bien s˚r, reste dans le noir. En gÈnÈral, l’andouille ailÈe part vers la lumiËre, je referme la porte et je dors. S’il persiste et signe, je me dis que je suis trop dÈlicieuse, et qu’il vaut mieux que je renonce: je mets mes boules QuiËs pour ne plus entendre son doux chant et j’espËre qu’il prÈfÈrera mon fiancÈ. Je suis une militante de la non-violence contre toutes les crÈatures, que veux-tu!

  • vivi 20 mai 2011 at 11 h 37 min

    Je n’ai pas de problËme particulier avec les petits suisses (tout est effectivement dans le doigtÈ) mais pour ouvrir les Vache Qui Rit, si. Il aurait pas un truc infaillible l’HÈritier ?

  • Muriel Gilbert 20 mai 2011 at 18 h 26 min

    @ Fabienne : Moi aussi, il m’Èmeuh. Et toi, tu aurais d˚ Ítre avocate. MÍme les moustiques, nan mais je rÍve.
    @ vivi : Les Vache qui rit, tu as rÈessayÈ rÈcemment ? Je trouve qu’ils ont drÙlement amÈliorÈ l’emballage. Les petits suisses pourraient en prendre de la graine.

  • Aurore 16 février 2012 at 14 h 40 min

    Hahaha merci pour ce billet hautement humouristique. Et surtout pour la solution magique des petits suisses de ton fils, chapeau !

  • amanda3nains 16 février 2012 at 14 h 43 min

    wahou, je ne connaissais pas encore vote blog : une likeuse de plus, merci papacube

  • ayyahh 16 février 2012 at 16 h 04 min

    Génial, je découvre le blog, il est super !!!

  • aurore 16 février 2012 at 18 h 11 min

    j’en rigole encore! Einstein ton fils, 30 ans de galère, je vais pouvoir reprendre le petit Suisse!!!

  • Muriel Gilbert 17 février 2012 at 10 h 55 min

    @ Aurore : Merci et bienvenue ici. Je suis allée sur ton blog, je trouve l’idée magnifique.
    @ Ananda : Bienvenue, et moi aussi je remercie Papacube de m’avoir présentée à ses « fans » 🙂
    @ Ayyah : Merci ! Je vais m’empresser d’aller découvrir le tien.
    @ Aurore (bis) : Tu verras, tu vas redécouvrir le bonheur 😀