Histoires d’eau

–         Tu vas l’ouvrir, cette porte ?!
–         Cinq minutes, P’pa.
–         Ça fait trois fois que tu me demandes cinq minutes, Thalie. C’est urgent, maintenant, je ne plaisante pas, ouvre !
Confortablement installées face à face, elle dans un fauteuil de rotin, moi dans son canapé, la mère de Thalie et moi sommes agitées de spasmes qui font déborder nos tasses de thé dans les soucoupes. On glousse aussi silencieusement que possible – parce que, c’est vrai, le père de la jeune fille ne semble plus du tout goûter la plaisanterie – mais c’est si difficile que ça ne tend qu’à nous rapprocher de l’explosion rigolesque.
–         Je l’avais dit, ou pas, lance-t-il, au comble de l’agacement à l’intention de son épouse mais sans interrompre son campement devant la porte verrouillée, je te l’avais bien dit qu’il fallait séparer la salle de bains des toilettes quand on a fait les travaux. Et puis la facture d’eau, si ça continue, je vais la prélever sur leur argent de poche !
Incapables de nous retenir davantage, nous hurlons de rire, juste au moment où, heureusement, il disparaît, comme happé par la pièce tant convoitée, dont une sirène enveloppée de serviettes éponge vient de sortir pieds nus et trempés dans un immense nuage de vapeur overparfumée.

Baignoire à moitié vide ou à moitié pleine ?

Eh oui, bande de parents, j’ai honte de l’admettre, mais ça me fait plaisir que les autres aient des problèmes de salle de bains. Si cet infortuné papa équipé de deux adolescentes souffre du fait que chacune soit capable de tremper une bonne soixantaine de minutes biquotidiennement dans la baignoire, je peux me féliciter, personnellement, d’avoir ma salle de bains à peu près en exclusivité.
Certes, on se félicite de ce qu’on peut. Tout dépend si on est du genre à voir la baignoire à moitié vide ou à moitié pleine. En une phrase comme en cent, mon ado à moi (est-ce dû à la différence de sexe ?) a fort peu évolué depuis l’époque, voici une dizaine d’années, où il s’étonnait que je pousse la cruauté jusqu’à le contraindre à se tremper dans l’eau chaque jour que faisait le calendrier.
Et si j’étais si égayée par l’incident du squattage de salle de bains, c’était aussi sans doute parce que, quelques jours avant cet épisode, j’avais été relativement contrariée lorsque, discutant justement de ce sujet avec collègue, il m’avait laissé entendre non sans quelque goguenardise que ses enfants à lui, de leur plein gré ou pas, étaient récurés aussi souvent que leurs parents le jugeaient opportun, ni plus ni moins souvent, madame.
Evidemment, ses héritiers ne dépassent pas le mètre cinquante de hauteur cumulée à eux deux ! Le mien aussi, tant que les poids et mesures jouaient en ma faveur, je le prenais pas la peau du cou avant de le jeter dans la baignoire, s’il le fallait. Aujourd’hui qu’il atteint 1,85 mètre, il ne serait ni avisé ni même physiquement envisageable que je procède de la sorte.

Les maths, c’est plus important que l’hygiène ?

Tiens, le voilà qui sort de sa chambre, sac au dos, prêt à partir pour le lycée, apparemment, et il me semble le cheveux pas brillant-brillant.
–         Tu t’es lavé ?
–         Oui, oui.
Mon fils ment peu, mais par omission, ça peut arriver, notamment sur ce sujet-là. Voyons voir :
–         Tu t’es donc lavé, mon chéri, mais puis-je te demander quand ?
–         Ben…
–         OK, va te laver.
–         Maman ! Mais qu’est-ce que tu crois, j’ai pas le temps, j’ai cours à 8 heures !
–         Une petite douche, ça prend cinq minutes, allez hop !
–         Attends, mais si j’arrive juste cinq minutes en retard, le prof de maths m’acceptera pas en cours, tu seras bien avancée. J’me laverai ce soir, oh là là, ça peut attendre une journée de plus !
Et le temps que je me demande si les maths c’est plus important que l’hygiène – il est encore tôt, ma cervelle maternelle ne fonctionne pas encore à plein régime… voyons, sans doute que ça dépend combien de retard on a pris dans l’une et l’autre matières… –, pof, je m’aperçois qu’il a disparu, cheveux gras et sac à dos compris.

Bon, préférerais-je ne plus pouvoir accéder à la salle de bains ? Non, tentai-je de me consoler. Disons que je préfère voir notre baignoire à moitié pleine : forcément, un jour, sa copine lui fera une remarque qui portera plus de fruits savonneux que toutes les miennes. « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage », comme disait qui déjà ? Lafontaine ? Ah qu’on ne me parle plus ni de fontaine, ni de flotte, ni de robinet !

Allez, salut, bande de parents !

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • Filo 3 mai 2012 at 9 h 48 min

    Permets moi de hurler de rire -HAHAHA (etc) c’est trop drôle!
    Et si vrai!!!!!!
    Solution n°1 applique le système « Marine »: mouillé c’est lavé, sec c’est propre…
    fonctionne très bien avec les garçons pas du tout avec les filles…(grande perplexité de l’Homme le jour où il a découvert qu’une fille a besoin de toute la salle de bain ET tout le ballon d’eau chaude pour se laver)
    Soluce « vacances »: tous au bord de la mer, à force de trempouiller dans la mer finiront bien par être propres! D’accord ça pègue un peu mais s’il faut chercher les détails! -fonctionne très bien avec la petite classe, plus du tout avec les ado, filles et garçons-
    mondieumondieu, que la vie de parent est donc difficile!!!

  • Fannette 3 mai 2012 at 10 h 03 min

    🙂 Que c’est bon de te lire!
    Mes miens de moyens/grands de loulous ont tendance à trouver tout un tas de prétextes pour reculer le moment où il faut y aller (à l’échafaud ou presque) mais une fois qu’ils y sont, ça duuuuuuuure des heures : jet d’eau chaude en bas du menton, assis dans la baignoire et… ça bouge plus jusqu’à ce que mon cerveau m’envoie un signal et que je hurle « STTOOOPPP ». On n’ pas fini je crois…

  • Sophie-Mum 3 mai 2012 at 10 h 21 min

    c’est tellement vrai ton article

  • missrelie 3 mai 2012 at 10 h 35 min

    hé hé
    ça me promet de bonnes crises de nerfs! par contre on a séparé les salles de bains et wc!!
    2 filles et un ptit mec!
    comme toi je pense que les mecs on ts une periode je zappe la douche ya plu qu’a attendre qu’ils sinterrent aux filles pour retrouver le chemin de la douche!
    bises

  • Dame Petunia 3 mai 2012 at 10 h 40 min

    Espérons qu’aucune candidate au rôle de petite amie ne vient rôder ici… Tu viens de ruiner le capital séduction de ton héritier !

  • Poulette Dodue 3 mai 2012 at 11 h 18 min

    Les gars sont des cracras !
    Mais où vas tu chercher ces photos ??!
    Bises

  • Béatrice 3 mai 2012 at 12 h 14 min

    Grand Mec N°1 prend une douche + savonnage chaque jour que fait le calendrier …. N°2 un peu moins, N°3 un peu moins que N°2 … N°4 veut « dans le bain » surtout chez sa grand mère ! … Ouf, à moitié plein, à moitié vide 😉

  • MamyS 3 mai 2012 at 13 h 53 min

    J’ai connu aussi cette période! Mon grand détestait tout ce qui se rapportait à l’hygiène, fut-elle dentaire. C’est ainsi qu’il brossa pendant 3 minutes, et bien consciencieusement…. le bord du lavabo! de loin, j’avais eu le bruit, de près la brosse était mouillé et le tube ouvert. Contente?… Non parce que l’haleine ne correspondait pas aux indices laissés! J’attends maintenant qu’il me parle de l’hygiène de son fils….

  • sylvie 3 mai 2012 at 16 h 53 min

    Bientôt 16 ans , 1 m 85 je crois bien que vous êtes en train de décrire le mien , mon loulou qui aimait tant son bain…quand il était petit.
    Fâché aussi avec la brosse à dents et même s’il côtoie ( de près, de très près ) la gente féminine , rien ne semble changer , la brosse reste neuve et définitivement sèche. étonnant non!…

  • dominimes 3 mai 2012 at 18 h 17 min

    Histoire d’ô… oui, oui, une fille dans le coin et plus de salle de bain…
    C’est un signe qui ne trompe pas….

  • Cathy 4 mai 2012 at 12 h 32 min

    Oh merci Muriel , grâce à toi je me sens moins seule !

  • soulez 4 mai 2012 at 16 h 05 min

    Oui Mumu je me souviens quand Thalie confondait « prendre une douche » et « cure de thalasso » (cela dit elle n’a pas changé mais maintenant elle a son appart). Robin +Thalie = la moyenne.

  • oth67 5 mai 2012 at 8 h 54 min

    Béatrice nous a vivement recommandé de passer par ici !

  • Muriel Gilbert 6 mai 2012 at 15 h 47 min

    @ Filo : « système Marine », comme dans Le Pen ?

  • Muriel Gilbert 7 mai 2012 at 1 h 13 min

    @ Fannette : C’est vrai, hein, le plus dur, c’est d’y aller, et après, le plus dur, c’est d’en sortir 😀
    @ Sophie-Mum : Eeeh oui.
    @ Miss Relie : La séparation douche-WC, ya qu’ça d’vrai.
    @ Dame Petunia : Si elle se dégoûte pour si peu, c’est qu’elle le mérite pas, et toc.

  • Muriel Gilbert 7 mai 2012 at 1 h 25 min

    @ Poulette : C’est juste Google, les photos. Il est trop fort en photos, Google.
    @ Béatrice : C’est pour ça que c’est bien d’avoir des tas de gosses, t’en as pour tous les goûts.
    @ MamyS : Mon frère faisait ça, il jouait aux plongeurs en plastique dans la salle de bains au lieu de se laver.
    @ Sylvie : Eh ben, elles sont pas difficiles, les filles !
    @ Dominimes : Ô ou « eau », même combat ?
    @ Cathy : Et moi aussi du coup !
    @ Soulez : Il a bien changé, heureusement…
    @ oth67 : Et comme elle a bien fait !

  • pbjardin 7 mai 2012 at 9 h 32 min

    On peut toujours essayer de les sensibiliser à l’écologie, et notamment au fait que l’eau va finir par se raréfier, sans compter les baisses de factures que l’on peut avoir ! pour info 60 millions de consommateurs, dans son numéro de juillet 2011, teste des douchettes à économie d’eau et préconise la pose de matériel d’économie d’eau sur les robinets et WC.
    L’étude montre qu’une famille de 4 personnes peut réduire de 30% sa facture d’eau (de 150 m3 /an à 100 m3) soit 50 m3 d’économie d’eau par an, tout en gardant le même confort.
    Il est indiqué que ces matériels d’économie d’eau permettent au final une économie entre 217 et 267 € /an ce qui représente 45% de la facture d’eau (30% d’économie pour l’eau et 15% supplémentaire sur l’énergie).

  • Muriel Gilbert 7 mai 2012 at 14 h 14 min

    @ pbjardin : C’est pas vraiment le sujet, mais enfin que voilà un conseil bieeeen étayé. J’enlève juste le lien histoire d’éviter la pub sauvage.