To bise, or not to bise ?

Habitant du siËcle numÈro vingt et un, en plus de ses 527 races de pinard et de fromage, notre fier Hexagone possËde une spÈcialitÈ dont personne ne parle, sous prÈtexte que ses exportations níont aucun impact sur le redressement de la balance commerciale†: la bise. Ces Hexagonois qui síembrassent ‡ tout bout de champ, les uns les autres, les uns les unes, les unes les unes, et mÍme les uns les uns, cíest un des trucs qui Èpatent le plus líestranger en visite. Tías remarquȆ? Il y comprend rien, líestranger.

le logo france inter, clique dessus !

Tiens, introduis un British fraÓchement Èmoulu de sa patrie dans une piËce remplie díinconnus franÁais. Deux fois sur trois, il se met ‡ les embrasser tous, histoire de se conduire comme les indigËnes, croit-il. Erreur†: en fait, les bises, cíest suuuper-rÈglementÈ.

[On peut Ècouter cette chronique au lieu de la lire, youpi, en cliquant sur le logo France Inter ci-contre]

Tandis que notre camarade rosbif accomplit moult efforts contre sa nature pour embrasser passionnÈment ton patron (voisin de palier, plombier, etc., biffer la mention inutile), que tu viens de lui prÈsenter, toi, ben, tu ne sais plus o˘ te mettre. Le patron (voisin, plombierÖ) non plus. Pourquoi ? Parce que «A NE SE FAIT PAS.

Ben, ce qui se fait, alors, cíest quoi ? EuuuuhÖ
Cíest Ècrit o˘ ? Nulle part.
Qui nous líenseigne ? Personne.

Depuis sa naissance, le petit Hexagonois regarde, et puis il fait comme les autresÖ dans la mesure du possible. Car si le rituel des bises plonge líestranger dans des abÓmes de perplexitÈ, tout ne va pas de soi pour líindigËne : en Hexagonie, la pratique de la bise est ‡ peu prËs aussi complexe que celle de líorthographe. Il y a des rËgles, mais autant díexceptions.

Bescherelle du bisou

Jíai donc ÈlaborÈ pour toi, chanceux habitant du siËcle numÈro vingt et un, le premier Bescherelle du bisou.

CommenÁons par le plus facile. A priori, on embrasse sa famille et ses amis. Le matin, dans la plupart des foyers, on se fait la bise, Èchangeant les miettes humides du petit dÈj. Ensuite, tu conduis Jean-Kevin ‡ líÈcole. En principe, ‡ líÈcole, ni lui ni toi níembrassez personne. En principe. Parfois Jean-Kevin embrasse la maÓtresse.

Te voil‡ parti(e) pour le boulot. L‡, pas de bises non plus†: il serait impraticable díembrasser 50 collËgues chaque matin. Maaais si tu travailles dans une PME, ou si tu partages ton bureau avec quelques personnes seulement, tu peux envisager une exception.

Attention, si tu es un homme, la situation se complique díun cran. En principe, un homme níembrasse pas ses congÈnËres. Sauf ceux de sa famille (fiston, papa, tonton, cousin Roger). Sauf aussi síil travaille dans le show-biz, quíon devrait rebaptiser show-bises B.I.S.E.S., tant on síy lËche la pomme, chÈri-chÈri. Sauf itou síil passe la soirÈe dans un bar gay. Sauf encore síil est de ces hommes ñ et cíest tendance ñ qui se plaisent ‡ tÈmoigner ainsi leur affection ‡ leurs vieux copains.

Voil‡. On a vu qui et quand. Reste la question cruciale du combien. DíaprËs un sondage rÈalisÈ sur un Èchantillon absolument pas reprÈsentatif de six personnes qui buvaient líapÈro chez moi hier soir, le nombre de bises varierait avec la latitude†: dans líHÈrault, on en ferait 3, on irait jusquí‡ 4 en Eure-et-Loir, les Chítis et autres Belges se contenteraient díune, tandis que la plupart des Franciliens voteraient pour la paire. Attention†: les grandes villes pullulent díimmigrÈs de tous les coins de líHexagone, susceptibles díavoir conservÈ leurs coutumes rÈgionales.

Mon astuce indispensable, en ce jour tout neuf†: au cas o˘ tu envisagerais de te prÈsenter aux lÈgislatives de juin 2012, habitant du siËcle numÈro vingt et un, sache que la bise est rigoureusement interdite dans les locaux de líAssemblÈe nationale. Cíest bon ‡ savoir avant de síengager.

Chronique Tías remarquÈ, en direct sur France Inter chaque lundi ‡ 5 h 50, dans la joyeuse Èmission de Brigitte Patient, Un jour tout neuf.
Ou alors, en cliquant ici, on Ècoute en podcast quand on veut, youpi : podcast
Tías remarquÈ du 10 octobre 2011.

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • Edith 10 octobre 2011 at 9 h 21 min

    Bonjour,

    je viens d’Ècouter votre chronique sur France Inter. Il me semble que vous avez omis un aspect important de la bise, c’est par quelle joue on commence ! J’ai remarquÈ que dans le sud-est (Marseille et Montpellier au moins) on commence par la joue gauche, alors que dans le nord de la France , on commence par la joue droite !

    Cordialement,

    Edith.

  • Jaze 10 octobre 2011 at 9 h 32 min

    Effectivement din min ch’nord c’est un bec, dans ma Bretagne d’origine c’est 3… Ici en Autriche o˘ je suis exilÈe, rien, vaguement un hochement de tÍte accompagnÈ d’un imperceptible rapprochement des talons et d’un inÈvitable « Gr¸ss Got » ! Les enfants ‡ l’Ècole te bousculent dans l’escalier alors que tu es enceinte et porte le plus jeune dans les bras sans dire pardon, mais serrent respektueusement, ach jo, la main de la maÓtresse… Bon Áa n’a rien ‡ voir quoique, la France bien franchouillarde qui bisoute, moi Áa me plait et me manque !

  • Jaze 10 octobre 2011 at 9 h 39 min

    Ach oui Edith, c’est vrai Áa par quelle joue commencer avec parfois option « lunettes » : dans le cas de deux bisouteurs ÈquipÈs un seul retire sa monture ou les deux ?

  • Zette 10 octobre 2011 at 9 h 40 min

    Ah mince et pourquoi on se se bise pas ‡ l’assemblÈe?
    (remarque je m’en fous)
    Un truc me frappe de plus en plus, sans non plus me choquer, c’est les garÁons au lycÈe, ils se serrent plus la main mais se font la bise. La VRAIE, comme les filles, avec líair solennel et blasÈ OUAIS! De notre temps, c’Ètait rÈservÈ au cercle familial, mais certainement pas ‡ la cours du bahut!

  • Mentalo 10 octobre 2011 at 9 h 59 min

    Mumu, j’aime quand tu me fais des bises au rÈveil.

    En tant qu’estrangËre, que dans mon pays c’est une, SAUF si c’est NoÎl ou autre grande occasion o˘ c’est trois (va comprendre, Gersendre), je fais tout ‡ l’envers exprËs: Áa fait partie de mon exotisme.

  • sandrine 10 octobre 2011 at 10 h 48 min

    S’il y a une bise que je n’aime pas c’est celle du nord, elle claque et file le rhume : une vraie saletÈ ! Big bisous Muriel…

  • maman perdue 10 octobre 2011 at 11 h 15 min

    En Suisse, c’est 3, du coup, souvent, on a l’air con de tendre la joue ‡ notre amie franÁaise pour la 3Ëme bise alors qu’elle, elle se retire (faÁon de parler !)

  • pivoine 10 octobre 2011 at 11 h 22 min

    moi je ne bisais pas au travail (quelle horreur!), pour l’assemblÈe je vais y rÈflÈchir.

  • nauche michele 10 octobre 2011 at 11 h 59 min

    bonne semaine,avec de grosses bises!!!!
    maintenant,je t’ecoute,super

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 14 h 13 min

    @ Edith : Bienvenue ici ! Vous avez raison. M’Ètonne pas que j’aie oubliÈ cet aspect directionnel, moi qui suis une tÈtraplÈgique du sens de l’orientation… Bon, en mÍme temps, je n’ai QUE 3 minutes…
    @ Jaze : Tu fais bien de nous rappeler que Áa manque, les bises, quand on ne les a plus ! Quant aux lunettes, encore un aspect oubliÈ. DÈcidÈment, faudra que je refasse une chronique bises.
    @ Zette : ParaÓt mÍme que les huissiers de l’AssemblÈe font respecter le rËglement ! Quant aux lycÈens qui se bisent (dans ton coin !), ma thÈorie, c’est que c’est pas imitation des gens du « show-bises » qu’on voit se bisouiller ‡ longueur de dimanches chez Michel Drucker.
    @ Mentalo : Me dis pas que t’es estrangËre, Gersendre ! Bon, tant pis, j’adore quand mÍme te faire des bises, allez.
    @ Sandrine : Ah bon ? la bise du Nord ne serait pas bonne ? J’ai peine ‡ y croire…
    @ Mamanperdue : Je te conseille de choisir tes amies franÁaises dans la rÈgion de Montpellier : elles font 3 bises, comme toi !
    @ Pivoine : PrÈviens-moi si tu te prÈsentes : je vote for you.
    @ Nauche Michelle : Bonne semaine ‡ toi aussi ! Ca me fait plaisir que tu m’Ècoutes, ma petite tante.

  • Angie91 10 octobre 2011 at 14 h 19 min

    Mdr!! Y’a ceux qui en font deux… ou trois… voire quatre!!! Chez nous, nous sommes gÈnÈreux! C’est quatre! C’est vrai que c’est tordant de rencontrer des franÁais! Nos coutumes sont ausi variÈes que nos paysages!! Au boulot, on s’embrasse UNE FOIS ‡ la rentrÈe des classes. AprËs… il ne faut pas abuser! Mais les ÈlËves eux, s’embrassent ‡ qui mieux mieux… le matin, et quelquefois dans la journÈe… au dÈbut des cours… Et il faut faire le police pour arrÍter ce flÈau! Lol! Allez! GROS BISOUS! Lol!

  • Carole Nipette 10 octobre 2011 at 14 h 20 min

    J’aime vraiment ta voix de gamine 🙂 Ce que je n’aime pas la tradition des 4 bises ni d’ailleurs faire la bise ‡ tout bout de champ surtout avant de connaÓtre les gens !

  • Filo 10 octobre 2011 at 15 h 48 min

    Oh que je suis d’accord avec Carole!
    J’ai une sainte horreur de ces sÈances de bises, mais en mÍme temps, c’est vrai qu’il y a des rËgles de conduite non Ècrites ‡ respecter sous peine de passer pour une sauvage-mal-ÈlevÈe-pimbÍche…
    Mais ces fricassÈes de museau transpirÈes crabeurk quoi!!!
    T’as dÈj‡ essayÈ? DÈgaine ta poignÈe de main trËs mond‚ine, Áa laisse les gens interloquÈs, puis il t’attrapent la main et se jettent sur tes joues! m’enfin, l‚chez moi, quoi!

  • sylvie 10 octobre 2011 at 15 h 51 min

    Áa me rappelle les baisers de ma grand-mËre qui duraient longtemps, bruyants sur chaque joue et elle me serrait fort, j’avais horreur de Áa!
    aujourd’hui elle n’est plus l‡ et je me dis que c’Ètait pour me montrer qu’elle m’aimait; elle me manque et ses baisers aussi….

  • Daydreamer 10 octobre 2011 at 17 h 35 min

    tu sais que «A, c’est ma croix, au boulot! quand les gens demandent s’ils peuvent, encore, Áa va, je peux dire « non », mais quand une chef se jette sur toi la lippe tendue, c’est un peu plus dÈlicat… N’empÍche, je suis la seule qui serre la main aux mecs dans la salle (je dÈteste les after shave…) (bon, leurs mains, c’est ptÍt pas mieux, remarque…)

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 17 h 51 min

    @ Angie : C’est vrai, j’ai eu des collËgues avec qui on s’embrassait juste au retour des vacances, petites ou grandes, mais pas tous les jours. Bisous itou !
    @ Carole : Et moi, tu m’embrasses ? (voix de gamine ? je dois en Ítre une)
    @ Filo : Allez, voil‡ l’automne et le froid : yaura moins de transpiration dans les fricassÈes de museau, au moins.
    @ Sylvie : Cette anecdote me rappelle la mienne, de grand-mËre, et ses embrassades envahissantes aussi. Nostalgie.
    @ Daydreamer : Oui, je me demande, dans le doute, si je prÈfËre pas l’after-shave quand mÍme 😀

  • BÈatrice 10 octobre 2011 at 18 h 41 min

    Pas trËs bisouilles, moi … !! Mais il y a une blogueuse rose pour laquelle je ferai une exception !!

  • sandrine 10 octobre 2011 at 18 h 48 min

    Zut, je n’ai pas prÈcisÈ ? Je voulais bien s˚r parler du vent glacial hein… Les gens du ch’nord, ils peuvent me biser pour peu qu’ils le veuillent ! 😉

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 18 h 56 min

    @ BÈatrice : Aaaah, ouf ! Mouitch (bise).
    @ Sandrine : C’est juste moi, peut-Ítre, qui suis un peu lourde du neurone, quand je me lËve ‡ 4 heures du mat’.

  • Begonia 10 octobre 2011 at 19 h 04 min

    Au travail, il y a une subtilitÈ supplÈmentaire (que certains appliquent aussi dans la « vraie vie ») : on ne s’embrasse pas vraiment, on approche sa joue de celle de l’autre et on imite le bruit de la bouche entrant en contact avec la joue de l’autre (ce qui devrait se passer mais ne se passe pas…).

    Et l‡ tu vas me dire : « tant mieux », partant du principe qu’il n’y pas la moitiÈ de tes collËgues que tu as rÈellement envie de bisouiller… Alors c’est quoi cette coutume de m**** !! On embrasse dans le cercle familial et amical et on se serre la mains ailleurs et puis c’est tout ! God save the Queen !!!

  • josephine 10 octobre 2011 at 19 h 08 min

    La bise c’ est bien,mais quand je connais la personne..iÁi en Espagne quand on nous prÈsente quelqu’un,c’est direct la bise et parfois je n’apprecie pas cette familiaritÈ.
    A la maison un grand oui pour les bises.
    Une grosse grosse pour toi

  • sabine 10 octobre 2011 at 22 h 00 min

    mes collËgues hommes de bureau s’embrassent. en fait je crois que les mecs aiment bien biser leur bons potes! moi je dÈteste embrasser les gens que je connais peu! sauf toi bien sur 🙂

  • sabine 10 octobre 2011 at 22 h 00 min

    comme BÈatrice en fait 😉

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 22 h 05 min

    @ Bego : Je dois dire que je pratique surtout cette pseudo-bise dans l’air, rÈservant les vraies bises ‡ joues ‡ mes plus proches (et aux enfants, mÍme si je les connais pas, parce que leurs joues sont trop bonnes… les pauvres !)
    @ JosÈphine : Une Ènorme bise pour toi, belle IbËre ! Il doit encore faire beau, par chez toi. Ici, ayÈ, c’est l’automne. Beurk.

  • Poulette Dodue 10 octobre 2011 at 22 h 17 min

    Mon prÈfÈrÈ c’est le bisous « chaud » de mon Rikiki quand il sort du lit ! Je kiffe nettement moins la bise qui pique (et qui pue !) d’un de me collËgue !

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 22 h 21 min

    @ Sabine : Mais moi tu me connais depuis ta presque plus tendre enfance ! C’est juste moi qui te connaissais pas. Bon, en tout cas, j’ai bien fait d’Ècrire cette chronique : me voil‡ ‡ la tÍte d’une dÈlicieuse moisson de bisouxxxx 🙂

  • Muriel Gilbert 10 octobre 2011 at 22 h 23 min

    @ Poulette : Aaah oui, tu me rappelles des souvenirs. Comme c’Ètait dÈlicieux… Mouais, le collËgue qui pue, hmm. Un after shave pour NoÎl, maybe ?

  • LMO 10 octobre 2011 at 23 h 47 min

    J’ai failli mourir de rire avec la premiËre partie de ton article! 😀
    Je suis mÍme pas capable de te dire combien on fait de bise o˘ j’habite, moi, je m’arrÍte ‡ deux, aprËs, c’est trop fatigant…

  • Muriel Gilbert 11 octobre 2011 at 10 h 08 min

    @ LMO : Tu devrais Èmigrer vers le Nord ou la Belgique : une seule bise ! Une affaire !

  • thenewme 11 octobre 2011 at 13 h 09 min

    Moi Áa ne me viendrait vraiment pas ‡ l’idÈe d’embrasser mes collËgues et patrons tous les matins (certains, mÍme pas en rÍve). Sinon, j’aime bien faire la bise aux britons parce qu’ils prennent gÈnÈralement un air effarouchÈ, genre tu les agresses 🙂

  • Muriel Gilbert 11 octobre 2011 at 18 h 47 min

    @ TNM : Un petit cÙtÈ violeuse (de bisous) ? Je l’avais bien senti, chez toi…

  • Aggie 11 octobre 2011 at 21 h 55 min

    Tiens, voil‡ un lien qui va tout rÈvolutionner
    (non je n’exagËre pas): http://combiendebises.free.fr/
    (oui je fais du journalisme d’investigation).

  • parisiennette 11 octobre 2011 at 22 h 16 min

    Et ‡ cause de tous ces codes de bonne conduite, je passe rÈguliËrement pour une sauvage, quand je dis « non, je ne fais pas la bise, il y a trop de monde… » ou quand j’esquive en prÈtextant un rhume…
    Mais maintenant je suis grande, j’assume !

  • Muriel Gilbert 12 octobre 2011 at 15 h 52 min

    @ Aggie : Ah Áa alors, ouais, c’est gÈnial ! J’ai mÍme participÈ !
    @ Parisiennette : Tu assumes ta sauvagerie, c’est bien 🙂