Elle tía dit quoi, la maÓtresse ?

des mots Ècrits ‡ la craie sur le tableau noir´ Jíavait, tu avait, il avais, nous avion, vous aviaient, ils avez ª : original, Áa, mon chÈri. Dommage que la maÓtresse soit aussi conformiste.
– «a veut dire quoi, conformiste ? demande faiblement líinnovant grammairien qui me sert de fils en Ècrasant son pied droit ‡ líaide du gauche, puis inversement.
– «a signifie que Áa ne lui a pas plu. Cíest pour Áa quíelle a Ècrit en rouge : ´ LeÁon non apprise. Signature des parents. ª Tu líavais apprise, cette leÁon ?
– Ben, un peuÖ

En effet, il avait d˚ apprendre les deux premiËres lettres de chaque forme : ´ avÖ ª Et puis quoi, pas une seule terminaison correcte, cíest une sorte de performance, non ? Et bien que prÈsentÈes dans un ordre innovant, presque toutes les terminaisons conseillÈes par les meilleures grammaires pour líimparfait de líindicatif y Ètaient. «a, il me semble quíil e˚t pu en Ítre tenu compte. Díautant que, phonÈtiquement, la proposition de mon Ècolier Ètait quasi parfaite. Et puis, peut-on exiger díÈlËves de cours ÈlÈmentaire une perfection qui níest pas de ce monde, et qui plus est ‡ líimparfait ? Bon, oui, l‡, ‡ la fin, jíai signÈ. Jíai mÍme priÈ líartiste de mettre dÈsormais un frein ‡ sa crÈativitÈ et un coup díaccÈlÈrateur sur le ´ Bled ª.

Quelques jours plus tard, la conservatrice grammairienne me hÈlait ‡ la sortie de líÈcole. Du coin de líúil, je vis mon garÁon opÈrer une retraite stratÈgique entre les casiers de lÈgumes de líÈpicerie du coin.
– Votre fils est bizarre, ces temps-ciÖ
Bon, elle sourit. Elle nía pas líair de míen vouloir :
– Depuis quelques jours, alors quíhabituellement il se bat pour Ítre le premier ‡ lire ‡ haute voix, il ne lËve plus la main pour Ítre interrogÈ.
L‡, je me tiens au bord des abÓmes de la perplexitÈ maternelle : comment un tel dÈsintÈrÍt a-t-il pu succÈder ‡ une aussi belle ardeur ? Mais elle reprend :
– Hier, comme il semblait rÍver et níavait mÍme pas tournÈ la page en mÍme temps que ses camarades, je líai interrogÈ. TrËs tranquillement, il a trouvÈ la bonne page et repris la lecture juste l‡ o˘ nous en Ètions. Aujourdíhui, il a recommencÈ le mÍme manËge.
– Je ne comprends pasÖ Quíest-ce que Áa signifie ?
– «a signifie, madame, que cíest la premiËre fois quíun ÈlËve fait semblant de rÍvasser pour que je líinterroge, a rigolÈ la maÓtresse en montant dans son bus.
Alors ! Depuis le temps que je vous le dis, que mon fils est un surdouÈ !

– Elle tía dit quoi, la maÓtresse ?, síinforme díun ton faussement dÈtachÈ la touffe de cheveux en brosse dÈpassant du cartable jaune et vert qui sautille ‡ mes cÙtÈs sur le chemin du retour.
– Que tu es un bon ÈlËve, mais quíil faut que tu apprennes tes leÁons.
– Je suis díaccord, fait-il en passant rapidement la main sur sa bouille, en un geste que jíinterprËte comme un ouf de soulagement, et qui mÈlange les restes du repas de midi ‡ ceux díune poussiÈreuse bagarre entre copains dans la cour.
– Tu en as, pour demain, des leÁons ?
– Seulement le verbe partir au futur, mais cíest facile, je le sais dÈj‡.
– Super ! RÈcite.
– Eh ben : je vais partir, tu vas partir, il va partirÖ
– Ce níest pas Áa, le futur !
– Ah non ? Et ben cíest quoi, Madame, lance mon descendant en insistant bien sur la majuscule, si cíest pas du futur ? Cíest du passÈ, peut-Ítre ?
Monsieur Bled, au secours ! Cíest quoi, ´ je vais partir ª ?

Allez, salut, bande de parents !
© Muriel Gilbert

Lire aussi...