Muriel Gilbert, France Inter

Chronique, mode d’emploi (c’est la dernière)

Le secrétariat de France Inter gémit sous l’avalanche de messages d’auditrices et teurs qui s’interrogent sur les secrets de fabrication de la pertinentissime chronique – « T’as remarqué ? » – de ta serviteuse matutinale du lundi. Négliger plus longtemps une telle soif de savoir serait manquer de charité chrétienne. Aussi, en cette dernière conférence de la saison, nous allons l’étancher. Cette soif – tu suis, oui ?

[On peut écouter cette chronique au lieu de la lire, youpi, en cliquant sur le logo France Inter ci-dessous]
clique et régale tes oreilles
Pour chroniquer, il te faut un sujet. Pour ça, fais confiance à la vie. Du tarif du cordonnier aux gercés du sourire en passant par les WC où ya rien à lire, toute semaine apporte sa moisson de thèmes d’intérêt scientifique majeur. Tu enquêtes, tu collationnes, tu recoupes, tu rédiges un compte rendu indispensable et informatif en 3 700 caractères (ça, c’est siouxe).

Jicé ne sourcillant pas de s'entendre appeler "Bonjour Brigitte !"

Ensuite, vu que c’est de la radio, ce serait mieux si tu disais ton texte sans trop fabouiller dans le micro. D’où nécessaires répétitions, conclues par un filage dominical avec un Jicé compréhensif, ne sourcillant pas de s’entendre appeler « Bonjour Brigitte ! »

Mme Zaz entrouvrant un oeil torve, un rien surpris, infiniment las

Mme Zaz entrouvrant un oeil torve

Notons que les enfants dont les oreilles traînent à cet instant-là subissent un traumatisme irrémédiable de l’identité paternelle. Sacrifiés sur l’autel chronical, les lardons.
Après ça, c’est lundi. Bon, le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt, dit le proverbe. Je me demande quand même s’il appartient à ceux qui se lèvent très très tôt.
4 heures du mat’ : ton réveil sonne, tu plonges dessus, histoire de ménager le Jicé qui ronronne sous ta couette. Ça se confirme, tu n’as pas franchement l’impression que le monde t’appartient.
4 h 01 : le deuxième réveil sonne, celui de sécurité, le tirant tout gromeleux des bras de Morphée, le Jicé. Pas encore très bien véreillée, tu lui chantes « Fais colas, dodo mon petit frère », et tu files sous la douche au doux ronflement de son sommeil retrouvé.
4 h 30 : tu agites la laisse de Mme Zaz la chienne. Au lieu des habituels bonds d’allégresse, elle entrouvre un œil torve, un rien surpris, infiniment las. Puis repose le museau dans un soupir et entre ses pattes.

Le métro aérien promène ses fenêtres éclairées

Dix minutes de persuasion canine plus tard, te voilà sur le trottoir, tractant Canis canis récalcitrant, quand soudain, pleine poire, tu fais la gluante rencontre d’une toile d’araignée, tissée entre un lampadaire et une camionnette en stationnement : pas d’erreur, tu es la première levée du quartier.
Le soleil n’est pas encore debout, lui, mais les premiers oiseaux chantent, tu es seule à les entendre, et oui, tu commences à soupçonner que, peut-être, le monde t’appartient un peu.
Au terme d’une jouissive glissade en voiture – Paris se traverse en vingt minutes à 5 heures du matin –, tu « bonjour ! » la tour Eiffel qui elle aussi s’est levée rien que pour toi, parfois un métro aérien étrangement émouvant promène ses fenêtres éclairées, tu te laisses couler jusqu’à France Inter et tu prends l’ascenseur jusqu’au 8e. Irrésistiblement attirée vers la lumière, au bout du couloir sombre, d’où émane la voix ensorcelante de Brigitte Patient, tu croises un ou deux journalistes en pyjama, avant d’arriver devant les gardiennes de la vitre magique, les vestales Maïté Vasseur et Léa Minod, solidement escortées de leurs chevaliers de la technique. Elles t’ouvriront la porte en échange du sésame d’un baiser sur les deux joues, et paf, te voilà qui claironnes « Bonjour, Brigitte, bonjour habitant du siècle numéro vingt et un ! »

Brigitte Patient, floue

Brigitte Patient, dans le flou du matin

Bref, CQFD et tu m’as compris tu m’as : le monde, il appartient à ceux qui se lèvent quand le jour est encore tout plein de toiles d’araignées : « Un jour tout neuf », quoi.

Chronique T’as remarqué, en direct sur France Inter chaque lundi à 5 h 50, dans la joyeuse émission de Brigitte Patient, Un jour tout neuf.
Ou alors, en cliquant plus haut, sur le logo France Inter, on écoute en podcast quand on veut, youpi.

© Muriel Gilbert

Léa Minod, France Inter

Léa Minod. Et en plus son ramage se rapporte à son plumage.

Maïté Vasseur, France InterMaïté Vasseur, vestale en chef

Lire aussi...

  • Gilbert 25 juin 2012 at 9 h 23 min

    Dans le fond, les plus à plaindre ce sont JICE ZAZ, surtout ZAZ qui DOIT sortir!! la pauvre

    • sabine 25 juin 2012 at 9 h 57 min

      ahahaha bien vu!

  • Jslaine 25 juin 2012 at 9 h 26 min

    Bien qu’adorant depuis des années tes textes, j’avoue que c’est trop tôt pour moi, heureusement que chaque lundi tu nous fais le rattrapage sur ton blog, j’espère que ton aventure radiophonique, continuera à la rentrée.

  • nauche michele 25 juin 2012 at 9 h 45 min

    et que fais apres ,lorsque tu as fais tout ce travail,tu rentres te coucher tu retrouves ton JC sous la couette?????tu racontes tres bien,encore une fois,c’est un vrai regal
    bisous à tous

  • sabine 25 juin 2012 at 9 h 57 min

    génial cet « envers du décor »! est-ce le monde t’appartiendra encore à la rentrée? je l’espère!

  • Poulette Dodue 25 juin 2012 at 10 h 05 min

    Dis donc depuis Jojo t’as fait pote avec toutes les araignées du quartier ou bien ?
    J’aime te chroniques sautillantes et succulentes (bon oui je dors quand elles passent, mais je te lis et reconnaissois bien la Mumu Touch’)
    Bises

  • Mulautre 25 juin 2012 at 10 h 49 min

    4h !!! Pas de doute, tu es une guerrière du siècle vingt-et-un… Et nous, veinards, qui pouvons te lire à 10h48, bien calés sur nos sièges à roulettes devant l’ordi…
    Encore une superbe chronique, mais comment fais-tu ? Bizoubelle

  • Béatrice 25 juin 2012 at 12 h 49 min

    Chouette la chronique sur la chronique !!
    C’est vrai qu’il est sympa le « Bonjour Brigitte » au petit matin !!

  • Marc Ballan 25 juin 2012 at 13 h 27 min

    BizaToutzétous, mes ptits soleils de fin d’insomnie…
    Bonnes vac’s

  • FoxyMama 25 juin 2012 at 13 h 27 min

    Mais heureusement pour nous que les chroniques se retrouvent ensuite pour la toile, parce que tu pourrais agiter ma laisse autant de temps que tu veux, je n’aurais jamais le courage de t’écouter en direct live

  • Céquiaile 25 juin 2012 at 14 h 44 min

    OUF! Avec ces soit-disant « beaux jours » copieusement arrosés, il fallait la trouver la vraie raison d’avoir soif!
    Donc si on a bien compris, ce n’est pas toi qui allais nous tenir au courant de l’évolution de la nappe phréatique, sauf si ça a à voir avec ton brushing ou tes baleines de parapluie? Et quand il est question de « couche », c’est pas pour l’ozone délaissé mais pour toi et Zazie (couchées/debout) sommées de matutiner…
    Mais comment peut-on être assez cruelle pour séparer Mme Zaz de son Doudou avant même qu’il ne soit 5 heures et que Paris s’éveille??? Tout ça pour même pas une croquette de meilleure qualité en plus et vu que la notoriété elle s’en …

    • Céquiaile 25 juin 2012 at 15 h 48 min

      Au fait comment va Jojo l’amoroso du rétro sous ces déluges? C’est quand même pas lui qui gymnastique d’une autre bagnole à un lampadaire histoire de pas te louper à pas d’heure?
      Avec toutes ces araignées, il va être temps de prendre tes vacaciones . Encore que… si par hasard il se mettait à faire chaud, elles pourraient toujours piéger une ou 2 dames-moustique en phase nuisible et protéger ton sommeil…

  • Carole Nipette 25 juin 2012 at 15 h 35 min

    C’est pas une vie… mais si 🙂 Bonnes vacances bien méritées alors, tu imagines si tu le faisais tous les jours ?

  • Cambroussienne 25 juin 2012 at 16 h 58 min

    Aaaah, enfin nous voyons une partie des dessous de cette émission que, hélas, je n’écoute pas qu’en différé.

  • dominimes 25 juin 2012 at 17 h 20 min

    Il est 5 h Paris s’éveille … Muriel, le chien (c’est vache) et l’araignée…. Merveilleux !

  • Fabienne 25 juin 2012 at 20 h 34 min

    « Parfois un métro aérien étrangement émouvant promène ses fenêtres éclairées », c’est tellement, tellement beau, ça. Tu es une vraie écrivaine, ma Mumu, non seulement tu nous touches, mais tu nous émeus par la beauté de ton style, par la création des images et des mots. J’espère que tu vas continuer sur France Inter ou ailleurs, sinon… tu vas être obligée d’écrire un vrai livre! Tu n’as tout simplement pas le choix. je vais réfléchir au titre…

  • MamyS 26 juin 2012 at 13 h 40 min

    Est-ce que ça veut aussi dire qu’on ne te lira plus jusqu’en septembre???????????
    Merci pour ces moments souriants et légers !

  • Dame Petunia 27 juin 2012 at 17 h 31 min

    Ta chienne a raison : 4 heures du mat’, ça n’est pas un horaire décent.

  • Muriel Gilbert 27 juin 2012 at 18 h 11 min

    @ Gilbert : Zaz te remercie de ta commisération 🙂
    @ Jslaine : Rien n’est moins sûr, l’émission de Brigitte Patient disparaissant de la grille de rentrée. Rien ne t’empêche d’écrire à France Inter, hein 😉
    @ NaucheMichelle : Après ça, en général, je vais travailler au Monde ! Et l’après-midi, je retourne sous la couette… mais le Jicé n’y est plus !
    @ Sabine : Moi aussi, je l’espère, mais comme je le disais à Jslaine plus haut… ben voir plus haut, quoi 🙁
    @ Poulette : En fait, c’est bourré de toutes petites araignées, par chez moi, en ce moment, c’est la météo pourrie ou quoi ?

  • Muriel Gilbert 27 juin 2012 at 18 h 28 min

    @ Mulautre : Merci ma belle. Comment je fais ? Je me régale, voilà comment je fais 🙂
    @ Béatrice : Ouiii, j’aimerais tellement qu’il continuuuue…
    @ MarcBallan : Merci et bizouxxx aussi.
    @ FoxyMama : Tu sais quoi, je secoue sa laisse, je l’oblige à sortir mais pour me punir elle écoute jamais ma chronique.

  • Mme Statler 5 juillet 2012 at 10 h 08 min

    le monde t’appartient!
    très chouette envers du décor!

  • Muriel Gilbert 5 juillet 2012 at 19 h 51 min

    @ Mme Statler : Merci madame ! J’espère qu’il m’appartiendra encore l’année prochaine. Rien n’est moins sûr…