« J’l’ai pas perdu, je l’trouve pu »

–         Promis, chéri, tu n’oublies pas de me télépho…
–         MaMAN, ch’té déjà dit de pas m’appeler chéri, on se demande si tu le fais exprès !
–         Oui, enfin non, je le fais pas exprès. Ça doit être parce que tu t’en vas, je suis émue.
–         Maman, je pars que pour une semaine !
–         Je sais, je sais. Bon, tu n’oublieras pas de me téléphoner en arrivant ?
–         Mmm-mmm.
Ouh là, que j’aime pas cette façon de dire « mmm-mmm ». Ça veut dire quelque chose du genre : « Je fais un petit bruit pour que tu l’interprètes comme un oui, ensuite je pourrai toujours dire que j’ai pas entendu puisque j’ai pas vraiment dit oui. » Je connais, je pratique aussi le « mmm-mmm », c’est de famille. Bande de parents, maintenant, tu le sais : si un jour je te réponds « mmm-mmm », ne compte pas trop dessus.

Mais revenons sur le quai de la gare de Lyon où mon fiston sac au dos s’apprête à monter dans le train.
–         Pas de mmm-mmm ! Tu m’appelles, OK ?
–         Ben…
–         Tu as bien ton portable sur toi ?, fais-je, prise d’un doute aussi soudain qu’affreux.
Les plus attentifs d’entre toi, bande de parents, se souviendront que, lasse de courir après mon rejeton baladeur à coups de téléphone chez les parents de tous ses copains quand j’avais besoin qu’il rapporte une baguette pour le dîner, j’avais fini par saisir le prétexte de son quinzième anniversaire pour prendre le risque de l’équiper de cette balise Argos téléphonique.

Problème de localisation filiale

–         Ben…
–         Quoi ? Ne me dis pas…
Tu te souviendras peut-être aussi que j’en tirais une satisfaction moyenne, ledit appareil étant la plupart du temps en position éteinte, après dépense dans les quarante-huit premières heures des 90 minutes de communications du forfait bloqué, moyennant une ou deux conversations avec son meilleur pote. Bref, le truc n’avait que très peu modifié mon problème de localisation filiale.
–         Si tu as utilisé tout ton forfait, dis-le !, sussuré-je, conciliante. C’est moi qui t’appellerai ce soir…
–         Ben, mais non, maman, c’est pas ça…
–         Ding-doung-diiing, le train en direction de Bourg-les-Blancs-Alpages va partir, attention à la fermeture automatique des portes…

Sauvé par le gong, l’héritier grimpe dans le wagon. Et, dans l’entrebâillement de la porte qui se referme tout ce qu’il y a de plus automatiquement, il avoue, l’air désolé et tous sourcils levés jusqu’au milieu du front – une de ses spécialités :
–         Je crois bien que je l’ai perdu.
–         Quoi ?! ENCORE ?!
–         Enfin, chuis pas sûr, crie-t-il par la fenêtre, cherchant vraisemblablement à m’apaiser. C’est seulement que je le trouve plus.
Ça change tout, en effet. C’est la deuxième fois qu’il le perd. En moins d’un an ! Tu y crois, toi ? Moi pas. Peut-être qu’il les revend ? Qu’il les offre à ses copines ?

De retour à la maison un poil agacée (et m’avouant à part moi qu’il commence à me compliquer singulièrement la vie, le téléphone portable de mon ado), pour la deuxième fois de l’année, je contacte Bouygues Telecom, je fais opposition sur la ligne et j’ai le plaisir de commander un nouveau téléphone, puisque « ah mais madame, vous êtes encore engagée pour un an, vous avez parfaitement le droit de ne pas racheter d’appareil, mais vous devrez continuer de payer le forfait comme si vous vous en serviez ».

Et le soir même, quand il m’a finalement appelée d’une cabine tout ce qu’il y a de plus fixe, l’héritier a précisé :
–         De toute façon, maman, je voulais te dire, je préfère ne plus en avoir, de téléphone.
–         Là-dessus, on est d’accord.
Depuis, et pour un an encore, je suis la femme aux deux téléphones portables. Bien obligée, pour utiliser les deux forfaits. Le double de poids dans le sac à main, je mets aussi le double de temps à identifier lequel des deux est en train de sonner.
Bon, l’héritier n’en voulait pas, de portable. Je suppose que je devrais admirer son système de défense.

Allez, salut, bande de parents !

© Muriel Gilbert

Lire aussi...

  • dominimes 26 avril 2012 at 9 h 20 min

    As-tu songé à les relier pour en faire un serre-tête original ? , ça fera moins lourd dans le sac et tu seras très branchée….

  • Béatrice 26 avril 2012 at 9 h 23 min

    Ca peut pas se « sous louer », un portable en trop ??? 😉

    • Céquiaile 30 avril 2012 at 14 h 43 min

      ou l’héritier en location … + que … saisonnière?

  • laetibidule 26 avril 2012 at 9 h 40 min

    Et ben c’est rare de nos jours, de voir un ado qui veut pas de portable, non ?
    Quand je pense à ma petite cousine de 16 ans qui en 5 mois devait avoir plus de 9000 texto ( heureusement inclus dans un forfait illimité ), je me dit qu’il a vraiment des différence entre les filles et les garçons !!!
    Enfin au moins si il en veut pas, il fera pas une crise parce qu’il veut le dernier tel portable à la mode qui coute un bras !!!
    Et sinon tu peux lui acheter un Tamtam, enfin si ça excite encore !!!
    Bon courage et bonne journée !!!

  • Muriel Gilbert 26 avril 2012 at 11 h 30 min

    @ Dominimes : Ca c’est une idée ! Et avec un peu de moumoute, ça ferait un bon cache-oreilles avec le froid qu’il fait !
    @ Béatrice : C’est un forfait en trop. Tu es preneuse ?
    @ Leatibidule : L’héritier est un gars rare 😀

  • Dame Petunia 26 avril 2012 at 12 h 09 min

    C’est parce qu’il est fils unique… S’il avait eu un frère ou une soeur, il aurait eu besoin d’un portable pour lui demander par SMS depuis la chambre voisine ce qu’il ou elle faisait…

    C’est comme ça qu’un ado bouffe 9000 textos par mois !

  • cleanettte 26 avril 2012 at 17 h 49 min

    Il faut quand même lui reconnaitre la sagesse de ne pas en vouloir d’autres. Et je pense que si il a perdu si facilement les précédents c’est bien parcequ’il ne voulait pas de ce fil à la patte. Ici fiston n’est pas du genre bavard du coups il fonctionne très bien avec son micro-forfait Leclerc pour lequel on ne paye que le droit de se servir du téléphone en cas de besoin. Il ne réclame pas plus, la simple possibilité de nous appeler en cas de besoin lui suffit. Mais il aime bien avoir ce petit joujou aussi pour le configurer, écouter de la musique prendre des photos ou des vidéos d’une qualité pourtant déplorable puisqu’il s’agit d’un de mes vieux appareils.

  • Zette 26 avril 2012 at 21 h 48 min

    C’est plus « Ding-doung-ding », mais « Pa-pa-pala »
    Pffff… Y a rien à faire, on reste bloquées aux années 90, les meilleures.

    Bon, pour le telo, j’espère que t’as pu en choisir un rose.

  • Muriel Gilbert 27 avril 2012 at 14 h 29 min

    @ Dame Petunia : J’en suis pas sûre, de ça… les ados que je connais ne causent pas tellement avec leurs frères et soeurs, à part pour s’engueuler.
    @ Cleanette : Moi, c’est bien simple, je souffre de nomophobie (un mot que je viens d’apprendre : la no-mobile-phobie), du coup j’ai beaucoup de mal à le comprendre !
    @ Zette : Tu as détecté l’erreur. Le texte, il date de l’époque des « ding-doung-ding », si ça se trouve 😉

  • dominimes 28 avril 2012 at 16 h 23 min

    exact, je voyais ça avec une petite moumoute rose comme ton blog, chou et chaud!
    bon Week-end !
    A lundi avec délice !

  • Cathy 28 avril 2012 at 19 h 22 min

    Tu as contacté le Guiness book ? Non parce que je pense que ton fiston chéri est le seul ado au monde à ne pas vouloir de téléphone portable !

  • Muriel Gilbert 29 avril 2012 at 17 h 41 min

    @ Dominîmes : A lundi. On ira chez le merlan.
    @ Cathy : Tu crois que ça pourrait me rapporter de l’argent ?